La « petite reine » de passage à Acoz

Souvenez-vous, nous sommes le 27 juin 1961 !

Les amateurs de cyclisme auront compris que je parle de vélo… et non de la future reine Mathilde de passage au château !

La troisième étape du Tour de France va passer dans le village cet après-midi.

La route Châtelet-Florennes a fait peau neuve pour l’occasion. Tout n’est pas terminé mais la chaussée est prête pour accueillir les grands coureurs du Tour.

On accourt d’un peu partout pour les voir passer. Et surtout la superbe « caravane » du Tour avec des véhicules ressemblant à des OVNI, des motards équilibristes, etc…

L’étape, partie de Roubaix, trouvait son épilogue à Charleroi. Venant de Gerpinnes, les coureurs ont pris la direction de Bouffioulx pour monter le « Meletri » (rue Longue) avant de plonger vers Couillet et Charleroi.

La petite vidéo, réalisée par ma tante Malvina BOUSETTE, nous montre la caravane du Tour et les coureurs lors de son passage sur l’actuelle rue de Moncheret.

Il faut rappeler qu’à l’époque le Tour se courait par équipes nationales et non commerciales comme actuellement.

Au début du reportage, on aperçoit les membres de ma famille, mon père Joseph ELOY, ancien percepteur des Postes ; Félix ELOY et Mathilde MOLLET, ses parents venus pour l’occasion de Presles ; ma mère Francine BOUSETTE. Quant aux enfants, il s’agit de ma soeur Thérèse, mon frère Etienne et moi-même. Dans le landau, notre soeur Anne, âgée d’un an. L’autre dame n’est pas identifiée.

                                                                                                            Luc ELOY.

 

 

—-

Haut de mes 10 ans, j’avais été impressionné par ces 3 motards qui, en passant au centre du village (au pied de l’actuelle rue Saint-Martin), se sont dressés sur leur engin. Une large ceinture de cuir avec l’inscription « CINZANO ». A cet endroit, la chaussée n’était pas encore macadamisée !

MOTOS CINZANO
(Source Internet)

 

Et Yvette HORNER, dans sa bulle, jouant de l’accordéon ! Mémorable !

Yvette HORNER web
(Source Internet)

 

Une foule compacte se pressait des deux côtés de la route.  Dans le quartier, le café « HANQUART » faisait recette.

L’étape du jour

Comme l’explique Luc, les coureurs sont partis de Roubaix, ce 27 juin 1961, pour boucler la 3e étape où l’arrivée était jugée à Charleroi, devant la caserne Trésignies (en face de l’actuel tribunal, avenue Général Michel).

La course a été remportée par le belge Emile DAEMS, devançant deux compatriotes, Frans AERENHOUTS et Michel VAN AERDE. Jacques ANQUETIL portait le maillot jaune.

Emile_Daems,_Tour_de_France_1961_
(Source Internet)
CLASSEMENTS WEB
Le classement de l’étape et le classement général.

                                                                                                 Alain GUILLAUME.

© Alain GUILLAUME – Février 2020.

Le lundi de Pentecôte 1961 au château d’Acoz

Belle surprise lorsque Luc ELOY m’a envoyé cette vidéo. Sa tante, Malvina BOUSETTE, avait réalisé ces prises de vues en Super 8. Luc a transformé ce précieux souvenir en fichier MP3.

Il s’agit du défilé des Compagnies des Flaches et de Joncret au château Pirmez, le lundi de Pentecôte 1961..

Avant l’entrée de la Marche des Flaches, les trois enfants ont été identifiés : il s’agit de Luc, Thérèse et Etienne ELOY, neveux de Malvina BOUSETTE.

A la droite du sergent-sapeur, on y reconnaît Fernand POULEUR, bourgmestre d’Acoz. La fanfare n’est autre que celle de Tarcienne sous la direction musicale d’Ernest ERNEST.

C’est ensuite au tour de la Compagnie de Joncret à faire son entrée. A la gauche du sergent-sapeur, on distingue Fernand ADAM, échevin de la commune d’Acoz.

En avant-plan de la châsse de sainte Rolende, Rosa MABILLE, dite « Rosa Nan.nan ». La châsse est portée par André PIRMEZ, fils du Baron et de la Baronne Hermann et Emilie PIRMEZ-DE MARMOL. A sa gauche, André WYART (père de Guy, accompagnateur actuel). Notre garde-champêtre Marcel BERNY, en gants blancs s’il vous plaît !

Après les deux salves, la Marche de Joncret se remet en route sous un pas redoublé interprété par la Fanfare Royale d’Acoz avec à sa tête Vital BERTULOT (président) et Jules GIGOT (vice-président). J’ai identifié Camille VANESSON (le directeur musical), Jacques BERTULOT (le jeune saxophoniste vu de dos) et René FRANCOIS, dit René « GUEUVENS » (le frappeur à la grosse caisse).

A cette époque, les spectateurs présents sur notre splendide site acozien étaient peu nombreux… cela a bien changé et c’est tant mieux !

Je laisse le soin des identifications des Marcheurs à nos amis de Joncret et des Flaches que j’invite à les formuler en cliquant sur « laisser un commentaire ».


Précisions de Luc ELOY

La tante filmait sur du « double 8mm » c’est l’ancêtre du super 8mm. Il s’agit de petite bobine de 6m.5 de film de 16mm de large. On utilise lors du premier passage, 8mm de largeur de film. A la fin de ce passage  on doit retourner la bobine dans l’obscurité pour utiliser l’autre largeur de 8mm. D’où le nom « double 8mm ». Si le retournement ne se passait pas dans une obscurité suffisante, il y avait des « coups de lumière » sur le bord du film…

Il n’y a pas de son enregistré, ce qu’on entend lors de la vision c’est le projecteur de film. Ensuite j’ai projeté sur écran et à l’aide d’une caméra digitale actuelle, j’ai refait un film. Cela me permet de découper les séquences et en faire de petits films au format *.avi.

—-

Merci à Luc ELOY.

 © Alain GUILLAUME – Février 2020.

Les monuments dédiés aux victimes des deux guerres mondiales

Peu de temps après la seconde guerre mondiale, un comité patriotique voit le jour sous la présidence du Docteur Edgard GRAVY.

Dr-GRAVY WEB 350
Le Docteur Edgard GRAVY

ENTETE COMITE MONUMENT 640

Composé en grande partie des anciens combattants et prisonniers de guerre, il va tout d’abord organiser en septembre 1946 un défilé pour célébrer la fête de la victoire (voir mon livre « ACOZ de A à  Z », tome 2, pages 202 à 207).

Après cette mémorable journée, de nombreuses activités sont mises sur pied dans le but de récolter des fonds pour financer l’érection d’un monument.

Georges-Guillaume-au-mat 640

Il faut croire que ces organisations ont connu un beau succès car le projet sera lancé, non pour une mais pour deux œuvres qui seront réalisées par Zéphir BUSINE (voir mon livre « ACOZ de A à Z » tome 1, pages 64 à 69) et son associé de l’époque, Georges BOULMANT.

Zéphir BUSINE 350
Zéphir BUSINE
Georges-BOULMANT 350
Georges BOULMANT

Influencés par les bas-reliefs égyptiens, les deux artistes avaient proposé un sein en relief et un autre, en creux (effet de lumière).
Lors de la présentation de la maquette en plâtre, ils ont eu droit à une petite colère du Docteur GRAVY.

La sculpture a été réalisée aux Carrières du Hainaut à Soignies avec l’aide d’un tailleur de pierre nommé Joseph.

Les deux monuments sont des mêmes artistes et ont été inaugurés le même jour en septembre 1951.

Inauguration Monument Moncheret 640
Inauguration du monument sis à l’actuelle rue de Moncheret.
Inauguration monument église 500
Inauguration du monument adossé au mur de l’église paroissiale St-Martin.

Le monument dédié aux victimes civiles de la guerre 40-45

Monument Moncheret 640

Cet édifice est érigé le long de l’actuelle rue de Moncheret, au centre du village (à l’endroit d’une habitation incendiée en août 1914), en hommage aux victimes civiles de la guerre 40-45, à savoir le Baron Hermann PIRMEZ, son fils Maurice, et Hector POULEUR.

INSCRPT. MONCHERET 640

CADRE POULEUR-PIRMEZ 640
Souvenir réalisé en hommage aux trois victimes. De gauche à doite : Hector POULEUR, Baron Hermann PIRMEZ et Baron Maurice PIRMEZ

Qui est le Baron Hermann PIRMEZ ?

Né à Louvain le 28 octobre 1892, il réside avec son épouse Emilie del Marmol au château d’Acoz. Le couple élève 9 enfants : Rolande, Maurice, Edouard, André, Ghisliane, Guy, Octave, Marie-Louise et Elisabeth.

Suspecté de relations avec la résistance et suite à une dénonciation, il est arrêté avec son fils, le Baron Maurice PIRMEZ, le 5 mars 1944 et seront tous deux envoyés en Allemagne.

Hermann PIRMEZ meurt au camp de Dachau le 13 février 1945, à l’âge de 52 ans. Son corps y aurait été inhumé.

SOUVENIR PIRMEZ verso 500

Qui est le Baron Maurice PIRMEZ ?

Né en 1919, Il est interné à la forteresse de Coswig et décède le 18 avril 1945, à l’âge de 25 ans.

Son corps est rapatrié en Belgique et est inhumé dans la crypte familiale sous le chœur de l’ancienne église de Villers-Poterie.

Crypte Pirmez 640

DISCOURS PIRMEZ 640

Qui est Hector POULEUR ?

Né à Haine-Saint-Pierre le 25 juillet 1889, il effectue son service militaire comme soldat au Premier Chasseurs à Pied. Combattant de la guerre 14-18, il reçoit la Médaille Commémorative de 14-18, la Médaille de la Ville de Liège, celle de Chevalier de l’Ordre de Léopold II et la Croix de Guerre avec Palmes et Croix de Feu. Après sa captivité, il rentre à Acoz en 1919. Il devient le président-fondateur de la section locale de la F.N.A.P.G (Fédération Nationale des Anciens Prisonniers de Guerre). Il y apporte tout son dévouement. Invalide de guerre, il aura une attitude patriotique dès les premiers jours de la seconde guerre mondiale. Il tient tête aux promoteurs des idées pro-allemandes et aide la résistance. Il s’occupe également de la C.N.A.C. (Aide aux Prisonniers de Guerre ainsi  qu’à leurs enfants).

Il est arrêté le 28 juillet 1944, deux jours après l’assassinat de deux rexistes d’Acoz-Lausprelle. A 18 heures 45, Il est abattu sans jugement d’une balle en pleine tête dans le bois de la Ferrée à Nalinnes par les rexistes de la bande MERLOT.
Le 11 novembre, pendant de nombreuses années, ses anciens compagnons d’armes et les anciens prisonniers iront s’incliner sur sa tombe au cimetière d’Acoz.

TOMBE POULEUR 640
La sépulture d’Hector POULEUR au cimetière d’Acoz.

Signalons un fait de bravoure : lors de ses funérailles en l’église d’Acoz, la Révérende sœur IRMA, elle aussi grande patriote, viendra déposer le drapeau national sur son cercueil, malgré la présence d’officiers allemands.

Hector POULEUR est aussi le fondateur de la section métallurgiste d’Acoz et y exercera la fonction de secrétaire depuis 1919. Il est élu conseiller communal en 1926 et président de la C.A.P. (Commission d’Assistance Publique).
Il fonde le parti socialiste local. En 1940, il accepte les lourdes charges de conduire la commune et d’aider ceux qui se trouvent dans le besoin. En 1941, il refuse énergiquement tout mandat communal, le siège scabinal lui étant offert par les autorités d’alors.

Avec son épouse, Ida HOUYOUX, ils élèvent 4 enfants : Firmine (épouse de Georges HANQUART, dit « Candri »), Fernand qui deviendra le bourgmestre d’Acoz de 1951 à 1970), Alina (épouse de Henri CHARLIER) et Roger qui quittera Acoz pour devenir secrétaire communal à Marloie, non loin de Marche.

——-

Le monument dédié aux victimes civiles des deux guerres mondiales 

MONUMENT EGLISE 640

Celui-ci, adossé à l’église paroissiale Saint-Martin a connu une « vie » mouvementée. Fin 1952, le parti socialiste remporte les élections communales à Acoz.  En 1953, Fernand POULEUR, fils d’Hector, devient le nouveau bourgmestre.  Il décide de déplacer ce monument (qu’il juge trop proche du buste d’Eugène-François de DORLODOT) vers la façade, côté gauche, de l’église Saint-Martin.  Quelques années plus tard, lors de la construction d’une rampe d’accès pour handicapés, l’ouvrage trouvera la place qu’il occupe aujourd’hui, sur le côté droit. (Détails dans l’article publié sur ce blog « le monument dédié à Eugène-François de DORLODOT » mai 2018, catégorie « patriotisme »).

On y découvre le nom des 4 victimes fusillées par l’armée allemande lors de son passage dans notre village les 25 et 26 août 1914 : l’Abbé Eugène DRUET, Archange BOURBOUSE, Joseph BOURBOUSE et Ernest BASTIN. (Voir le livre « ACOZ ET LA GUERRE 1914-1918, Geneviève LUSIAUX et Guy ANTOINE, pages 159 à 163).

MONUMENT EGLISE TEXTE 640

Abbé-Druet-WEB 350

CRYPTE DRUET 640
Plaque commémorative scellée au mur de l’église Saint-Martin. L’Abbé DRUET repose dans le crypte de la famille de DORLODOT, en-dessous du choeur.
TOMBE ARCHANGE BORBOUSE 640
Tombe d’Archange BO(U)RBOUSE au cimetière d’Acoz.
TOMBE JOSEPH BORBOUSE 640
Sépulture de Joseph BO(U)RBOUSE, frère d’Archange, au pied de l’église Saint-Michel de Gerpinnes-Centre.

Je n’ai malheureusement pas trouvé trace d’Ernest BASTIN. Celui-ci, originaire de Montignies-sur-Sambre, a peut-être été inhumé dans sa terre natale.

 

Figurent aussi deux victimes de la guerre 1940-1945.

Qui sont-ils ?

  • Emile LECLERCQ

Fils de Léon LECLERCQ et de Mélanie PHILIPPE, il voit le jour à Acoz-Lausprelle le 5 février 1899. Avec son épouse Lise ABSIL, il vient s’installer à la ferme sise à la rue des Ecoles et actuellement propriété de la famille CHIF. D’un caractère joyeux et original, il participe à la vie du village. Il marche officier dans la Compagnie d’Acoz en adossant tout d’abord le costume de major et ensuite celui de tambour-major. Lors des fêtes communales de début juillet, il adore faire le pitre et on retiendra son numéro lors des « concerts extraordinaires », organisés sur le kiosque planté sur la place communale.

Emile LECLERCQ 1933 640
1933 – Emile LECLERCQ photographié avec la famille Augustin et Aline MATHIEUX-FENSIE
EMILE LECLERCQ tambour-major 640
Fin des années 30 : Emile LECLERQ, tambour-major de la Marche d’Acoz et déguisé pour le « concert extraordinaire ».

La guerre éclate, il quitte le village pour se réfugier en France. Il est tué sur les routes de Normandie, le 14 mai 1940, à l’âge de 41 ans.

  • Henri DE(S)CHAMPS

Il naît à Gerpinnes le 2 septembre 1902. Fils d’Emile DECHAMPS et d’Anne GUILLAUME. Avec son épouse Amandine LECHAT, il vient résider à Acoz vers 1931. Il exerce les métiers d’ouvrier d’usine et de cordonnier.

Lui aussi quitte le village pour l’exode. Il est tué à Gisors (Normandie) le 18 mai 1940, à l’âge de 37 ans.

Le couple a eu 3 enfants : ? DECHAMPS, Armand DECHAMPS et Raymond DECHAMPS. Ce dernier, avec son épouse Jeanine BACKAERT, tiendra une ferme qui était située à l’angle des rues de la Raguette et du Dessus-du-Bois. Raymond décédera vers 1978 des suites de graves brûlures occasionnées lors d’un accident d’usine. Beaucoup de Marcheurs se souviennent du fils, Henri, qui occupa la place d’adjudant avec la Compagnie de Lausprelle, lors des Saint-Roch et Saint-Frégo.
Il décédera début des années 80 des suites d’une pénible maladie.

———–

Dossier réalisé avec la collaboration de Geneviève LUSIAUX et Philippe BUSINE. Merci à eux.

© Alain GUILLAUME – Janvier 2020.

Décès de Marie-Julie TENRET

Marie-Julie TENRET, la doyenne d’âge d’Acoz, s’en est allée.

Marie-julie TENRET 350

La famille a la profonde tristesse de vous annoncer du décès de

Marie-Julie TENRET, veuve Joseph VANDENBOSCH

née à Acoz le 22 mai 1922, survenu à Charleroi le 17 janvier 2020.

 

Les funérailles religieuses seront célébrées en l’église paroissiale Saint-Martin d’Acoz le mercredi 22 janvier à 9 heures 30 et seront suivies de l’incinération au crématorium de Charleroi-Gilly à 11 heures. L’urne sera ensuite placée en columbarium au cimetière d’Acoz. .

Dans l’attente des funérailles, Marie-Julie repose au funérarium Gabriel POSTIAU rue de la Scavée 32 à 6280 Acoz où un ultime hommage peut lui être rendu les samedi 18, lundi 20 et mardi 21 de 17 à 19 heures.

Le jour des funérailles réunion en ce même établissement à 8 heures 45.

La levée du corps est prévue à 9 heures 15.

____

Pompes funèbres SPRL GABRIEL POSTIAU

Rue de la Scavée 32 – 6280 ACOZ
Succursale :
Rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES
Tél/Fax 071 50 40 65 – GSM 0495 26 12 12

 

Alain GUILLAUME – Janvier 2020.

Décès de Nicole TAMINE

Nicole TAMINE 350

La famille a la profonde tristesse de vous annoncer du décès de                        Nicole TAMINE                née à Gougnies le 4 décembre 1923, survenu à Biesme le 9 janvier 2020.

Les funérailles religieuses, suivies de l’inhumation au cimetière d’Acoz, seront célébrées en l’église paroissiale Saint-Martin d’Acoz le mardi 14 janvier à 11 heures.

Dans l’attente des funérailles, la défunte repose au funérarium Gabriel POSTIAU rue de la Scavée 32 à 6280 Acoz où un ultime hommage peut lui être rendu les samedi 11  et lundi 13 de 17 à 19 heures.

Le jour des funérailles réunion en ce même établissement à 10 heures 15.

La levée de corps est prévue à 10 heures 45.

____

Pompes funèbres SPRL GABRIEL POSTIAU

Rue de la Scavée 32 – 6280 ACOZ
Succursale :
Rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES
Tél/Fax 071 50 40 65 – GSM 0495 26 12 12

 

Alain GUILLAUME – Janvier 2020.

 

 

Décès de Renée COLLE

Renée COLLE 350On nous prie de vous annoncer du décès de Renée COLLE veuve de Zénon SPELEERS née à Biesmerée le 10 mai 1923,   survenu  à Loverval le 17 décembre 2019.

Les funérailles  religieuses,  suivies de l’inhumation au cimetière d’Acoz, seront célébrées en l’église paroissiale Saint-Martin d’Acoz  le vendredi 20 décembre  2019  à 14 heures.

Dans l’attente des funérailles, la défunte repose au funérarium Gabriel POSTIAU rue de la Scavée 32 à 6280 Acoz où un ultime hommage peut lui être rendu ces mercredi 18 et jeudi 19 décembre 2019  de 17 à  19 heures.

Le jour des funérailles réunion en ce même établissement à 13 heures 15.

La levée de corps est prévue à 13 heures 45.

____

Pompes funèbres SPRL GABRIEL POSTIAU

Rue de la Scavée 32 – 6280 ACOZ
Succursale :
Rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES
Tél/Fax 071 50 40 65 – GSM 0495 26 12 12

 

Alain GUILLAUME – Décembre 2019.

 

 

On aurait pu connaître un drame à Acoz

Boris HERMAND, passionné d’aviation, après avoir découvert l’article « Saint Nicolas en hélicoptère à Acoz », m’a contacté pour m’informer que l’hélicoptère qui a contribué au merveilleux souvenir du 1er décembre 1973 s’est écrasé 7 mois plus tard.

HELICOPTERE ACOZ
L’hélicoptère lors de son atterrissage à Acoz le 1er décembre 1973.

Voici le rapport officiel, ainsi que les photos y attenant…

Indicatif d’Appel: OO-EAU

Fabricant: Schweizer

Modèle: 269C

Date: samedi 13 juillet 1974

Heure (UTC): 10: 29h

Emplacement: Jambes

Phase de vol: Vol

Cause : technique

Victimes : équipage (indemne) 1 – passagers (indemnes) 2

Description :

Le pilote était à Jambes pour une série de vols publicitaires pour la chaîne de supermarchés Sarma. Les vols partiraient du parking Sarma. Le pilote est venu d’un site privé de Bouge avec deux organisateurs. Lors de l’approche finale du parking Sarma, l’entraînement s’est déconnecté de la tête du rotor, de sorte qu’il n’a plus été conduit.

Le pilote a dû effectuer un atterrissage en autorotation obligatoire sur un site de l’école de filles juste derrière le supermarché. La rotation des voitures ne s’est pas très bien passée; mais les trois passagers sont sortis indemnes de l’épave.

Conclusion :

La cause de l’accident est la défaillance de l’un des deux roulements à rouleaux responsables de l’entraînement et du fonctionnement libre des pales du rotor. Cela a provoqué une déconnexion de l’entraînement des pales du rotor de sorte que les pales du rotor n’étaient plus entraînées.

Le pilote a donc dû effectuer une rotation obligatoire de la voiture, ce qui a entraîné un accident.

HELICOPTERE 1 640

HELICOPTERE 2 640

HELICOPTERE 3 640

HELICOPTERE 4 640

Sept mois plus tôt et c’était la catastrophe à Acoz…   Merci saint Nicolas !

Grand merci à Boris pour avoir permis cette découverte. (Je vous invite à admirer les merveilleuses photos d’aviation militaire publiées sur le mur de Boris : Facebook  Boris HERMAND).

___

© Alain GUILLAUME – Décembre 2019.

Le dimanche des rameaux en 1881

Dernièrement, j’ai eu accès aux archives de « El Môjo des Walons », sise à la rue de la Broucheterre à Charleroi. Mon but était de rechercher des écrits d’Octave PIRMEZ. Les annuaires édités par la société d’histoire « Le Vieux Châtelet » allaient me faire découvrir des extraits des « Lettres à José ».

Parmi ceux-ci, j’en ai retenu ce passage :

LETTRE DIM RAMEAUX

Dans le tome 2 de mon ouvrage « ACOZ de A à Z », pages 45 à 47,  j’avais publié un article concernant la pierre des Nerviens. Je n’avais pas de précision quant à la date de la photo reproduite page 47.

Suite à cet écrit, on peut donc affirmer que cette photo a été prise le dimanche des rameaux 10 avril 1881.

Pierre des Nerviens 1881 (2)
La pierre des Nerviens – Dimanche des rameaux 10 avril 1881.

——

Merci à « El Môjo des Walons » et à sa secrétaire, Aude ANTOINE, pour son bon accueil, ainsi qu’à la société d’histoire « Le Vieux Châtelet ».

© Alain GUILLAUME – décembre 2019.

Saint Nicolas en hélicoptère

Le club des jeunes d’Acoz

En 1973, le Comité des Jeunes d’Acoz qui avait jusqu’ici déjà organisé pas mal d’activités au profit des habitants du village a envisagé cette fois de mettre sur pied la Saint-Nicolas pour les enfants.

Saint Nicolas à Acoz le 1er décembre 1973

Après réflexion et échange d’idées, il fut décidé que la fête aurait lieu le 1er décembre. La date étant ainsi fixée, l’ensemble des membres commença à affiner le projet.

Nous nous sommes dit : « Tiens, pourquoi ne pas donner rendez-vous aux enfants et à leurs parents dans le parc du château Pirmez pour attendre l’arrivée du grand saint ? ». Cette idée rencontra l’adhésion de tous. Elle fut donc retenue. C’était un premier point.

Nous nous sommes ensuite penchés sur une manière originale de faire arriver saint Nicolas dans le parc du château… Nous voulions faire en sorte que les enfants soient vraiment émerveillés et gardent le souvenir en mémoire pour très longtemps. Comment faire ? Certes, l’arrivée du grand saint accompagné de son âne et de père fouettard dans le cadre enchanteur du château Pirmez aurait déjà suscité l’émerveillement des enfants. Mais nous en voulions plus … beaucoup plus ! 

Emergence d’une idée un peu folle

C’est à ce moment-là qu’une idée commença à germer dans nos esprits. On imagina l’arrivée de saint Nicolas par le ciel ! En hélicoptère ! Un peu fou non ? Il faut avouer que nous l’étions un peu toutes et tous à cette époque ou tout au moins étions nous utopistes, enthousiastes et pleins de confiance dans notre destin. Pour la plupart, nous avions tous entre 16 et 18 ans et ne doutions de rien et surtout pas de l’impossible ! Car en effet, si aucune ni aucun d’entre nous ne se souvient aujourd’hui de qui a eu cette idée insensée, personne, absolument personne ne se souvient non plus avoir entendu quelqu’un dire que ce ne serait pas possible !

A ce stade, nous n’avions aucune autorisation des propriétaires du château ni celle des autorités communales. Nous n’avions pas la moindre idée du coût et des moyens à engager pour réaliser notre projet. Il restait aussi à trouver un hélicoptère, obtenir le plan de vol, négocier le prix, trouver des cadeaux pour les enfants. Mais bref, le scénario était bel et bien sur la table. Il était impossible de reculer, c’était juré : saint Nicolas arriverait le 1er décembre au château Pirmez en hélicoptère !

Les démarches

Dans les jours qui ont suivi nous avons demandé à rencontrer M. le Baron Edouard PIRMEZ chez qui nous avons reçu un accueil favorable. Il nous a donné son accord pour accéder au parc et pelouses du château.

Nous nous sommes ensuite rendus à la maison communale afin d’exposer notre projet au bourgmestre. Et tant que nous y étions, nous avons sollicité la mise à notre disposition de la salle communale des fêtes. Il nous a été demandé d’introduire une demande par écrit et quelques jours plus tard, nous recevions le feu vert des autorités.

Monsieur le Curé

Une autre idée nous vint également à l’esprit : « pourquoi ne pas solliciter Monsieur le Curé (L’abbé Albert DOUBLET) afin d’accueillir saint Nicolas à son arrivée ? ». Nous nous sommes donc rendus à la cure pour une fois encore expliquer notre projet. De suite, il adhéra à notre proposition et nous assura de sa participation.

L’hélicoptère

Il nous fallait à présent trouver un hélicoptère et ce n’était pas chose aisée dans ces années-là ! Nous nous sommes rendus à Gosselies sur le site de ce qui n’était qu’un petit aérodrome à l’époque. En effet, en 1973 Gosselies n’était pas encore Brussel South Airport avec ses millions de passagers transportés, ce n’était qu’un petit aérodrome fréquenté par quelques CESSNA, MARCHETTI et PIPER occupant un modeste terrain situé à côté de la SABCA : une seule piste, une tour de contrôle et quelques hangars, c’est tout !

On nous dirigea vers la tour de contrôle et on nous présenta un pilote avec qui, après négociations, nous avons conclu un accord (verbal) pour un voyage en hélico de Gosselies à Acoz le 1er décembre 1973 avec un décollage prévu vers 14 h. Cet accord prévoyait la remise préalable de photographies détaillées du lieu d’atterrissage afin de guider le pilote. Non, Google Earth et son Street View n’existait pas encore, pas plus qu’Internet, d’ailleurs ! Le dossier photos a été assuré par Gaby STEVAUX.   

Le casting

Il restait à « embrigader un saint Nicolas ainsi qu’un père fouettard » dans cette aventure car après tout, l’engagement d’un hélico c’était bien beau, mais nous n’avions pas encore trouvé les acteurs principaux.

Ce fut chose faite quand René MOURIALMÉ (gérant de l’épicerie « Louis Delhaize » sise à l’actuelle rue de Moncheret) accepta avec enthousiasme le rôle de saint Nicolas. Jean-Carlo ALBORGHETTI le seconda comme père fouettard dont le grimage fut assuré par Christine TOUSSAINT. C’était du costaud … personne ne l’a reconnu.

Enfin, il a été convenu que le transport de nos acteurs vers l’aérodrome de Gosselies serait assuré en voiture par Paul BRIOLA. Il faut savoir qu’à cette époque, très rares étaient les jeunes qui possédaient une voiture. La plupart d’entre nous se déplaçaient en vélo ou à pied et seuls ceux qui avaient commencé à travailler possédaient un vélomoteur.

Heureusement, les dieux étaient avec nous … 

Les grandes lignes de la fête étant tracées, on s’y prépara dans les détails : la recherche des costumes et des cadeaux à offrir aux enfants, passer les commandes à l’Horeca, préparer le trône à la salle communale, etc… Enfin, le 30 novembre, tout était fin prêt, le soleil brillait, nous étions confiants …

Le lendemain 1er décembre, le village se réveille … sous la neige ! Il fallait croire que les dieux étaient avec nous ! Nous étions loin d’imaginer un hélicoptère atterrir sous la neige dans le parc du château d’Acoz … difficile d’imaginer plus féerique !

Donc vers 12h30, nous partons confiants pour Gosselies en compagnie de saint Nicolas et de père fouettard.

… mais le diable s’en mêle une première fois !

À notre arrivée, un petit hélicoptère blanc est posé au pied de la tour de contrôle. Alain POSTIAU qui avait mené les négociations jusque-là, gravit l’escalier permettant d’accéder au poste de commandement, salue notre pilote et lui demande si tout est en ordre. Et là, c’est la douche froide : le pilote déclare que le vol est annulé à cause des mauvaises conditions météorologiques (neige et brouillard). Alain reste sans voix quelques instants mais, reprenant aussitôt ses esprits, lui explique que cela n’est pas possible, que plus de 50 enfants et leurs parents attendent dans le parc du château et… qu’il n’y a pas de brouillard sur Acoz et qu’il n’a pratiquement pas neigé … Notre pilote hésite, mais comprenant que tous nos efforts jusqu’ici allaient être ruinés dit qu’il devait contacter les services météo de la base aérienne de Florennes pour obtenir l’autorisation de décoller.

… Wait and see.

Alain descend sur le tarmac afin d’expliquer la situation ubuesque qui est en train de se dérouler. Après un long moment d’attente dans l’angoisse, notre pilote nous rejoint et accepte finalement d’assurer le vol vers Acoz.

Ouf !

… puis, le diable encore une fois s’en mêle !

Il n’y a qu’une seule place de passager disponible à bord de l’hélicoptère !

Cela complique donc les choses. Que faire ? Nous décidons de faire embarquer saint Nicolas à bord de l’appareil tandis que père fouettard rentrera à Acoz en voiture avec nous. Mais pour le bon déroulement de l’évènement, l’hélico ne doit pas se poser sur les pelouses du château avant notre arrivée puisque père fouettard est sensé accompagner saint Nicolas dans l’appareil.

Donc voilà la consigne donnée au pilote : il devra suivre nos deux voitures à vue ! Oui, oui, à vue car en 1973 pas de GSM ni de smartphone ni d’autre GPS et pas encore de ring à Charleroi non plus. Il fallait absolument traverser la ville, suivi par l’hélicoptère, donc. Heureusement la circulation n’était pas encore celle qu’elle est aujourd’hui.

Le départ de Gosselies s’est effectué avec un peu de retard mais le trajet s’est fait sans complication.

Il restait à s’arranger pour que notre père fouettard, planqué sous une couverture sur le plancher de la voiture de Paul rejoigne discrètement saint Nicolas à sa descente d’hélicoptère qui allait se poser dans quelques secondes. C’est la neige qui nous a sauvés car l’hélico en s’approchant du sol a soulevé un tel tourbillon de neige que l’on ne voyait plus grand-chose et Paul en a profité pour approcher sa voiture au plus près de l’aire d’atterrissage. Et comme les enfants n’avaient d’yeux que pour l’hélicoptère et pour saint Nicolas, le tour de magie a parfaitement fonctionné. 

Un triomphe !

L’arrivée au château fut triomphale… les nombreux enfants et leurs parents assistèrent médusés, les yeux brillants à l’atterrissage de l’hélicoptère duquel sont sortis notre grand saint… et son fidèle père fouettard. Même notre bon curé Doublet s’est prêté au jeu ! Il s’est avancé, amorçant une rapide génuflexion devant le grand saint et simulant un baiser sur sa grosse bague surmontée d’un faux rubis, « officialisant » ainsi l’évènement.

Succès total, un triomphe !

Le cortège a ensuite quitté le château pour se diriger vers la salle des fêtes de la rue des Écoles où saint Nicolas a distribué cadeaux et friandises aux enfants. Un goûter a été également offert. Cependant, les enfants étaient plus nombreux que prévu, nous avons dû partir en hâte à la recherche des joujoux manquants ; le magasin « Chez Lorette » de la rue de la Raguette nous est venu en aide immédiatement devant notre désarroi. Opération éclair réussie également puisqu’aucun enfant n’est reparti les mains vides.

Notre photographe de service a réalisé l’important travail de photographie de l’arrivée de saint Nicolas au château et de la remise des cadeaux aux enfants. Un album photographique illustrant l’ensemble de cette journée mémorable été réalisé, des épreuves ont été déposées chez les commerçants du village chez qui parents et enfants ont pu en obtenir une copie.

CHATEAU

HELICOPTERE

Atterissage

DANS LA NEIGE 1

CURE DOUBLET

ACCUEIL 1

PAUL BRIOLA wab

BRUNO ZANDARIn web

DEPART CHATEAU

Michel GERIMONT WEB

Sans titre-Numérisation-07a web

DANIEL DELAERE WEB

Pascal D'HOEY web

Sans titre-Numérisation-04 4 web

Sans titre-Numérisation-04 4b web

Sans titre-Numérisation-04 4c web

FRANCOISE PHILIPPE web

Sans titre-Numérisation-08b

Sans titre-Numérisation-08c

Philippe FRERES web

DANIELLE GANGOLF WEB

Sans titre-Numérisation-09c

Sans titre-Numérisation-10a web

Sans titre-Numérisation-10b web

Sans titre-Numérisation-10c web

Sans titre-Numérisation-011a web

Sans titre-Numérisation-011b web

Sans titre-Numérisation-011c web

Sans titre-Numérisation-11d web

Sans titre-Numérisation-11e web

Sans titre-Numérisation-11f web

Sans titre-Numérisation-022aweb

Sans titre-Numérisation-022bweb

Sans titre-Numérisation-022cweb

Sans titre-Numérisation-033aweb

Sans titre-Numérisation-033bweb

Sans titre-Numérisation-033cweb

Sans titre-Numérisation-055a web

Sans titre-Numérisation-055bweb

Sans titre-Numérisation-055cweb

Sans titre-Numérisation-066aweb

Sans titre-Numérisation-066bweb

Sans titre-Numérisation-066cweb

Sans titre-Numérisation-077aweb

Sans titre-Numérisation-077bweb

Sans titre-Numérisation-077cweb

Sans titre-Numérisation-088aweb

Sans titre-Numérisation-088bweb

Sans titre-Numérisation-088cweb

André SOHY WEB

Sans titre-Numérisation-1010aweb

Sans titre-Numérisation-1010cweb

VALERIE ROBERT WEB

Sans titre-Numérisation-1111aweb

Sans titre-Numérisation-1212bweb

Sans titre-Numérisation-1212cWEB

Le souvenir d’un moment heureux

Chacun d’entre nous, membre du comité des jeunes d’Acoz, garde un souvenir impérissable de cette journée merveilleuse mise sur pied au profit des enfants de notre village. La joie qui rayonnait sur le visage des enfants et les étoiles que nous avons vu briller dans les yeux nous ont très vite fait oublier nos angoisses et nos fatigues. On peut se demander aujourd’hui encore qui des enfants ou de nous, les organisateurs, avons été les plus heureux au cours de cette journée. La soirée s’est évidement terminée très tardivement…

À toutes celles et à tous qui se sont investis sans compter et qui se reconnaîtront dans cet article du blog d’Acoz, encore bravo et merci.

——-

Cet article a été rédigé avec la collaboration de Danielle GANGOLF, Gaby STEVAUX et Alain POSTIAU au nom du Comité des Jeunes d’Acoz et de ses membres.

 

EPSON MFP image

 

© Alain GUILLAUME – Décembre 2019.

La Fête de la Libération

Dans le tome 2 de mon ouvrage « ACOZ de A à Z » (pages 202 à 207) un dossier est consacré à la Fête de la Victoire ou Fête de la Libération qui fut organisée à Acoz en septembre 1946.

CHAR 660

Philippe BUSINE m’a remis dernièrement un document très intéressant s’y rapportant, complétant ainsi ce dossier.

Je vous le fais découvrir…

Acoz fête de la victoire_1 640

Acoz fête de la Victoire_2 640

Acoz fête de la Victoire_2 bis

____

Merci à Philippe BUSINE pour le partage de ce document.

© Alain GUILLAUME – Novembre 2019.

 

Décès de Bertrand THIBAUT

Bertrand THIBAUT

C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de

Bertrand THIBAUT

né à Charleroi le 19 mai 1974 et survenu à Jumet le 22 novembre 2019.

Les funérailles religieuses et bénédiction, suivies de l’incinération au crématorium de Gilly, seront célébrées en l’église paroissiale Saint-Martin à Acoz le JEUDI 28 NOVEMBRE 2019 A 10 HEURES 30.

Si vous désirez rendre un dernier hommage à Bertrand, les visites au funérarium Gabriel POSTIAU, rue de la Scavée 32 à Acoz, sont organisées les lundi 25, mardi 26 et mercredi 27 de 17 à 19 heures.

Le jour des funérailles, rendez-vous à l’église à 10 heures 30.

Ni fleurs, ni couronnes, un don peut être versé à l’Ecole des Jeunes de Rugby sur le compte BE84 0682 4609 2259 avec la mention « don pour Bertrand ».

____

Pompes funèbres SPRL GABRIEL POSTIAU

Rue de la Scavée 32 – 6280 ACOZ
Succursale :
Rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES
Tél/Fax 071 50 40 65 – GSM 0495 26 12 12

 

Alain GUILLAUME – Novembre 2019.

Notre maison autrichienne a perdu son millésime

Suite à la fermeture du café « El Coquî » (voir le livre « ACOZ de A à Z », tome 1, pages 92 à 105), le bâtiment a été mis en vente et a été complètement rénové par les nouveaux propriétaires.

Cette ancienne bâtisse que l’on surnomme « la maison autrichienne » date de 1758. On pouvait y découvrir le millésime ancré dans la façade arrière, visible lors du passage sur le RAVeL.

Grande déception ce dimanche 27 octobre 2019 lorsque j’ai remarqué que ce témoignage du passé avait disparu lors de la réfection extérieure.

Maison autrichienne 1758

MAISON AUTRICHIENNE 2019

J’ai rencontré les propriétaires qui ont été très attentifs à ma remarque. Patientons, cela va s’arranger.

© Alain GUILLAUME – Octobre 2019

 

 

 

Les processions religieuses à Acoz

LA PROCESSION DU SAINT-SACREMENT

C’était une procession publique où l’hostie sainte était portée en grande pompe à travers les rues du village au cours d’une déambulation, entrecoupée de stations et de prières à des autels provisoires et chapelles que l’on appelait pour la circonstance des reposoirs. Tous les paroissiens du village y participaient.

Elle était organisée chaque année le dimanche qui suit la Fête-Dieu (le jeudi qui suit la Trinité).

Dans notre village, comme dans d’autres où l’on marche à la Sainte-Rolende, la Compagnie de Marcheurs participait à la procession. Tambours, fifres et fanfares animaient  la sortie. Suite à la disparition de la Compagnie d’Acoz à la Pentecôte en 1949, le cortège religieux était constitué du curé accompagné des marguilliers de la Fabrique d’Eglise qui portaient le dais (dans les années 50-60 : Jean HOSPEL, Joseph GENOT, Marcel DUMONT, Albert STEVAUX, Joseph ELOY, Marcel DEBERGH, Baron Edouard PIRMEZ) le protégeant du soleil ou des diverses intempéries ; et des deux côtés, les hommes l’escortaient, tenant en main un flambeau, signe de dévotion et de respect.

Procession dais 500

Les petites filles ayant fait leur « petite communion » dans l’année ouvraient le cortège en parsemant le chemin de pétales de fleurs, suivies par les plus âgées ayant accompli leur profession de foi, revêtues de leur belle robe blanche.

Les révérendes sœurs de la Providence (Soeurs Irma, Camille et Julienne) ainsi que les institutrices de l’Ecole du couvent accompagnaient les enfants porteurs de diverses bannières et oriflammes.

St-Sacrement 1945-46 2 640 NB

St-Sacrement 1945-46 6 640 NB

 

St-Sacrement 1945-46 5 640 NB
1946-47 – Les enfants de choeur, de gauche à droite : Charles DUMONT, Joseph THYS, Michel JACQUES et Roland BIRON. On y reconnaît Elisabeth GIGOT (mère de Roland BIRON), Madame GENOT (institutrice à l’école du couvent) et la Révérende Soeur Supérieure Irma.

Les Anciens Combattants et Prisonniers de Guerre étaient aussi présents avec leurs drapeaux tricolores.

Venait ensuite la statue de la Vierge Marie, portée par les jeunes filles célibataires.

Notre garde-champêtre Marcel BERNY (voir le livre ACOZ de A à Z, tome 1, pages 6-11) réglait la circulation, alors encore assez fluide.

A la sortie de la grand-messe célébrée en l’église paroissiale Saint-Martin, le cortège religieux se mettait en route en empruntant un parcours bien défini.

 

MONIQUE BERNY 500
Monique BERNY vers 1952-53.

ST-SACREMENT 45-46 1 640

St-Sacrement 1945-46 4 NB

St-Sacrement 1945-46 3 640 NB
1946-47 – Claire BERTULOT entourée de petits anges.

La première halte avait lieu à la rue des Ecoles, à la chapelle Saint-Roch appartenant à la famille MATHUES. Après quelques prières et une première bénédiction, la procession se se dirigeait vers le Calvaire DEMEURE, à droite en montant la Raguette. (Cette chapelle fut rénovée en 1993 par la Marche Saint-Roch et Saint-Frégo et fut dédiée à ce moment à saint Frégo (voir le livre « ACOZ de A à Z, tome 1, pages 186-205). C’était ensuite la chapelle Saint-Roch (dite « chapelle SCIEUR »), sise à la rue de Moncheret, qui accueillait les pèlerins. Un dernier arrêt était programmé à la chapelle Sainte-Rolende du château d’Acoz, avant la rentrée solennelle et la dernière bénédiction sur le parvis de l’église Saint-Martin.

Chapelle Mathues 500
Rue des Ecoles – La chapelle Saint-Roch, propriété de la famille MATHUES. (Elle fut abattue vers 1960 pour faire place à un garage. Remplacée par une potale toujours visible de nos jours).
CHAPELLE ST-FREGO 640
L’actuelle chapelle Saint-Frégo.
Chapelle saint-Roch 640
La chapelle Saint-Roch (dite « chapelle SCIEUR »), sise à la rue de Moncheret).
CHAPELLE CHATEAU 640
La chapelle dédiée à sainte Rolende, à l’intérieur du château d’Acoz.
St-Sacrement 1955-60 2 400
1955-56 – La procession à la sortie du château d’Acoz.

St-Sacrement 1955-60 1 400
1955-56 – La Fanfare Royale d’Acoz. On y reconnaît : Jean-Claude CASTIN, René DUFLOT, Léonard CHARLIER, Albert TOUSSAINT et Georges CHARLIER.
St Sacrement 1950 640
1950 – La Fanfare Royale d’Acoz à la rentrée de la procession. Au premier plan, de gauche à droite : Fernand DEGRAUX (secrétaire communal), Michel GANGOLF (secrétaire de la fanfare) et X WAUTELET (vice-président de la fanfare).

Thierry Bertulot page 640

LA PROCESSION DU 15 AOUT

Celle-ci était organisée le 15 août, jour de la fête de l’Assomption, dédiée à la Vierge Marie. Moins imposante que celle du Saint-Sacrement et appelée « petit tour » en raison du fait que l’on ne passait pas au château.

FETE ASSOMPTION 640
Vers 1953 – On y reconnaît, de gauche à droite : X, Christiane ERNOULD, Lucy CESARATO, Anna (Anaïs) CREMELIE et Claudine DEGRAUX. A l’arrière plan : le curé FLEURQUIN et le garde-champêtre Marcel BERNY. (A gauche avec le volet mi-baissé : la boucherie tenue par Michel et Suzanne GANGOLF).

Dans le début des années 70, comme un peu partout, ces manifestations religieuses ont disparu.

ANECDOTE

En 1956, lors de la construction des premières cités le long de la rue de la Raguette, l’abbé Albert DOUBLET avait décidé d’allonger le parcours en passant devant ces nouvelles habitations. Il ne fallait pas chercher très loin pour comprendre le pourquoi. Une grande rivalité existait entre notre curé et le pouvoir communal de l’époque dirigé par Fernand POULEUR, initiateur de ces récentes maisons qui abritaient une grande majorité de familles socialistes. Mais tout cela s’est passé sans problèmes et… la procession  terminée, la plupart des paroissiens se retrouvaient attablés au café « CHEZ LIEN ». Notre bon curé DOUBLET n’a pu s’empêcher de rejoindre le « CAFE HANQUART » pour « taquiner  son ennemi de cœur » à savoir le bourgmestre Fernand POULEUR. (Voir le livre ACOZ de A à Z, tome 1, page 61).

 

LES ROGATIONS

Les processions des rogations étaient au nombre de trois et avaient lieu les trois jours précédant le jeudi de l’Ascension, c’est-à-dire les 37e, 38e et 39e jours après Pâques.

A la demande des agriculteurs locaux, leur but était de prier pour protéger les animaux, les champs et les cultures.

rogations

Enfant de chœur vers 1958-59, les souvenirs sont toujours présents dans mon esprit : après la messe célébrée vers 07 heures du matin, la procession se formait,  la grande croix en tête, portée par un enfant de chœur. Le curé en surplis, chapelet en mains, récitait des prières en communion avec les pèlerins. Les différentes familles de cultivateurs étaient présentes.  Chaque jour, le trajet différait ;  on empruntait l’actuelle rue de la Scavée pour atteindre la prairie juste en face du cimetière. Sur place,  le prêtre chantait en latin la litanie des saints. Après chaque citation, les pèlerins reprenaient en chœur : « Te rogamus audi nos » ce qui signifiait « Nous te demandons de nous entendre » et « Ora Pro Nobis » (« Priez pour nous »). La cérémonie se terminait par la bénédiction du lieu avant de reprendre le chemin de l’église. Le lendemain, on prenait la direction du chemin de Joncret jusqu’au lieu-dit « Le Grand Arbre » (voir ce blog : « Toponymie » dans la catégorie « patrimoine » – avril 2018), et le dernier jour celle qui menait au lieu-dit « La Croix d’Acoz », à la sortie du village en allant vers Gerpinnes.

Joseph THYS, enfant de chœur vers 1950, se souvient que le curé FLEURQUIN bénissait des bouts de bois que les paroissiens plantaient dans leur jardin en guise de protection contre le mauvais temps, espérant une bonne récolte de légumes.

Au cours des années, les fermes ont disparu une à une, les processions n’attiraient plus beaucoup de pèlerins et seront supprimées vers 1965.

———–

Mes remerciements à Monique BERNY, Francine DEMEY, Roland BIRON, Joseph THYS, Michel et Claude JACQUES pour l’aide apportée à la rédaction de ce dossier.

 

© Alain GUILLAUME – Octobre 2019.

 

Les processions religieuses à Acoz (suite)

Suite à la publication du dossier relatif aux processions à Acoz, Gaby STEVAUX me signale que son père Albert avait l’honneur de porter le dais qu’il désignait par le vocable « baldaquin », appelé aussi pavillon ou parasol liturgique. Albert n’était pas membre de la Fabrique d’Eglise mais avait en charge la comptabilité, l’organisation et la gestion des biens du couvent ; il veillait donc aux intérêts des sœurs de la Providence. Il était en quelque sorte un régisseur que les religieuses aimaient à appeler pompeusement « Monsieur le Président »… ce qui le faisait sourire.

Gaby se souvient que les jours de procession, son papa portait un pantalon gris rayé, des chaussures vernies noires, une chemise blanche, une cravate gris clair attachée par une épingle surmontée d’une perle et surtout qu’il portait une veste queue-de-pie noire, appelée aussi frac-à-pans.

Lors du passage de la procession, la rue des Ecoles et celle de la Raguette étaient, à l’instar des autres rues du village parsemées de pétales de fleurs mais aussi de dessins réalisés au pochoir à l’aide de poudre de craies multicolores finement broyée ou de sable blanc.

Il ajoute que les jeunes enfants s’habillaient au couvent dans la classe de l’école maternelle, les classes primaires étant réservées aux communiantes.

GABY PETIT PAGE 640

A noter que lorsque les garçons avaient fait leur profession de foi, devenus jeunes adolescents, ils processionnaient en costume et cravate et portaient un flambeau. L’objet en question était constitué d’un manche en bois long d’un bon mètre, peint en noir sur lequel il était fixé une pièce en laiton en forme de U qui supportait une lanterne en verre protégeant du vent une bougie allumée, de sorte que la lanterne se balançait au rythme des pas des pèlerins. L’ensemble était décoré de pièces de laiton ouvragé.

LANTERNES 450

ANECDOTE

Une année, au cours d’une de ces processions, son inséparable ami (dont il taira le nom par discrétion), rêveur et toujours en quête d’idées novatrices à expérimenter, n’avait rien trouvé de mieux que de jouer avec son flambeau et de l’incliner de façon à ce que la flamme de la bougie lèche dangereusement le cylindre en verre pour le noircir … « pour voir ce que ça faisait » comme on disait. Mais tout absorbé qu’il était par sa captivante et ingénieuse expérience, il a oublié de regarder où il mettait les pieds et a trébuché. Il va sans dire – à son grand étonnement – que le verre de la lanterne n’a pas résisté à l’expérimentation !

—-

Merci Gaby.

© Alain GUILLAUME – Novembre 2019.