Les tambours-majors à Acoz

EMILE LECLERCQ 200GASTON COLLICHE 200Wilhem BERTULOT 200Fernand TAMINES 200LUCIEN SAINTHUILE 200Maurice COLLICHE 200GEORGES CHARLIER 200Francis GONZE 200Alain GUILLAUME 200Damien BAYET 200

Emile LECLERCQ a été tué en France lors de l’évacuation en 1940. Avec ses parents, il gérait la ferme située à la rue des Ecoles, actuellement propriété de la famille CHIF.

Dans les années avant-guerre, Jean CORNIL aurait aussi marché tambour-major. Avec sa famille, il gérait une ferme située à l’actuelle rue de Joncret. Malheureusement, pas de photo.


 

© Alain GUILLAUME – Août 2019.

 

L’orchestre « Les Félins »

Il a fait danser toute la région

Mil neuf cent soixante ! Les années sixties avec des jeunes chanteurs et orchestres internationaux !
 Le « 45 tours » explosait, les festivals teenagers et l’époque yéyé naissaient, le rock’n’roll envahissait l’Europe, c’était l’époque du baby-boom et du plein emploi…
Elvis Presley, Les Beatles, Johnny Hallyday, Dick ­Rivers et « Les Chats Sauvages », Eddy Mitchell et « Les Chaussettes Noires », Jacques Dutronc, Sheila… sans oublier nos petits belges avec Salvatore Adamo et Robert Cogoi.

 

Dans notre région, de talentueux musiciens se sont rencontrés. Quelques répétitions, des mises au point, l’achat de matériel moderne avec guitares électriques et amplis…
« LES FELINS » se lançaient dans la révolution.

LES-FELINS-web

Autographes-LES-FELINS-web

Les premiers bals dans les salles de fêtes et les dancings de la région leur ont permis de se faire un nom et le succès grandissant les ont amenés à prester dans le nord de la France. Leur répertoire était varié et son leader, Georges REMY, dit « Le Grand Georges » avait bien compris qu’il fallait diversifier l’offre sans oublier l’ancienne génération, toujours demandeuse du musette. Il allait rencontrer le réputé accordéoniste Hector DELFOSSE pour apprendre à jouer de ce mythique instrument. Le « piano du pauvre » ou « piano à bretelles » venait ainsi compléter l’éventail et apporter cette petite touche de musette, toujours appréciée par une génération aimant les tangos, valses et farandoles.
C’était l’orchestre qui remplissait les salles, chapiteaux et autres lieux de musique et de danse. La venue des « FELINS », c’était la grosse recette assurée !
Les nostalgiques se souviendront des soirées aux dancings « Les Deux Baudets » à Châtelet et « Au Belle-Vue » à Gerpinnes.

LES FELINS avec Pierre CHERMANNE 640

LES-FELINS-5.12.1973-web

Acoz a eu aussi sa part avec les bals en la salle « Tenret » et sous les chapiteaux, lors des fêtes communales organisées par les comités de jeunes, de la balle pelote, de la Marche et de la Fanfare.
Leur dernière prestation acozienne eut lieu en 1975 lors d’un bal organisé par le comité de jeunes, présidé par Alain POSTIAU.

GEORGES DES FELINS web

LES FELINS LAUSPRELLE 640 JACQMIN

A la fin des seventies, un nouveau phénomène allait progressivement décimer ces orchestres de jeunes : les disc-jockeys.
Fin 1985, après avoir fait danser pendant plus de 20 ans, l’orchestre était dissous.

BAL LES FELINS web

Avec son synthétiseur, « Le Grand Georges » continuera quelques années à animer des soirées dansantes. Son talent et sa gentillesse étaient toujours au rendez-vous.
Le 21 décembre 2001, Georges nous quittait des suites d’une longue maladie. Son urne funéraire est scellée dans une niche du columbarium du cimetière de Loverval.

COLOMBARIUM GEORGES REMY web

Arthur DETANT est décédé le 10 juillet 1984 à l’âge de 54 ans.

Robert DE MEY nous a quittés le 13 mars 2016 à l’âge de 76 ans.

—————

Je me souviens du générique de fin de bal. Il s’agissait de « Stalactite » du groupe suisse « Les Aiglons »…

 


 

 

—————-

Merci à Jacquy ERGO, Olivier RIMBAUT, Rose-Marie-COLLART, Jean-Claude NEUMANN pour leur collaboration.

© Alain GUILLAUME – Août 2019.

Décès de Philippe TOUSSAINT

Deces Toussaint Philippe - Alain

Les funérailles religieuses, suivies de l’incinération au crématorium de Charleroi-Gilly, seront célébrées en l’église Saint-Martin d’Acoz le VENDREDI 5 JUILLET 2019 A 12 HEURES.    

La crémation est prévue à 14 heures. L’urne funéraire sera inhumée dans le caveau familial au cimetière d’Acoz.

Dans l’attente des funérailles, Philippe repose au funérarium GABRIEL POSTIAU, rue de la Scavée 32 à 6280 Acoz, où un ultime hommage peut lui être rendu ces mercredi 3 juillet de 18 à 20 heures et jeudi 4 de 17 à 20 heures.

Le jour des funérailles, réunion en ce même établissement à 11 heures 15. La levée de corps est prévue à 11 heures 50.

———

Pompes funèbres SPRL GABRIEL POSTIAU

Rue de la Scavée 32 – 6280 ACOZ
Succursale :
Rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES
Tél/Fax 071 50 40 65 – GSM 0495 26 12 12 

Décès de Simon CLOESEN

Madame Micheline GANGOLF,

Monsieur et Madame Jean-Yves CLOESEN-MAES,

Monsieur et Madame Daniel FOURNIER-POULEUR,

Monsieur Gillian CLOESEN et son amie Marie

vous font part du décès de

Simon CLOESEN 350

Simon CLOESEN

né à Acoz le 3 décembre 1933, survenu à Biesme le 25 juin 2019.

Simon repose au funérarium POSTIAU, rue de la Scavée 37 à Acoz, où un ultime hommage peut lui être rendu ces mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 de 17 à 19 heures.

La crémation est prévue au crématorium de Gilly le samedi 29 juin 2019 à 10 heures 30. Réunion au funérarium à 9 heures 30. Levée du corps à 10 heures.

_______

Pompes funèbres S.P.R.L. POSTIAU Gabriel

Rue de la Scavée 37 – 6280 GERPINNES

Succursale : rue de Philippeville 134 – 6120 NALINNES/HAM-SUR-HEURE

Tél et fax 071 50 40 65 – GSM : 0495 26 12 12

E-mail : postiau-gabriel@hotmail.comhttp://www.postiau.be

Des accidents ferroviaires à Acoz

Ayant découvert mon dossier consacré à l’ancien site des Usines de Moncheret, publié le 25 avril dernier, Luc DAL (de Gerpinnes) m’a précisé que Georges DAL cité dans mon article, n’est autre que son grand-oncle.

Georges DAL JPEG 72dpi

Il était né à Châtelineau le 6 décembre 1882 et avait épousé Elvire DELAMOTTE.

Il exerçait la profession de dessinateur industriel et aurait participé à la construction des lignes de chemins de fer en Ukraine. Revenu dans son pays natal, il a occupé le poste de directeur des Usines de Moncheret, résidant dans le château jouxtant l’ancien site, avant d’occuper la villa voisine que l’on appelait à l’époque « la Villa du Directeur ».

——————-

Luc se souvient que la famille avait été impliquée dans un grave accident survenu avant la guerre 40-45. Après des recherches, il m’a transmis cette coupure du « Journal de Charleroi » du 4 janvier 1938 qui relatait très bien les faits…

ACCIDENT 1938 DESSUS 300dpi 640ACCIDENT 1938 DESSOUS 300dpi

 

La villa du Directeur

Cette villa appartenait aux Usines de Moncheret et a été occupée par les différents directeurs  qui s’y sont succédé.

On se souvient à Acoz de Victor EUDOXE qui avait remplacé Georges DAL ainsi que de Léon NOEL, le dernier directeur.

Vers 1975, lors de la fermeture définitive des usines, la propriété fut mise en vente et ce serait la famille GEORGES qui l’aurait acquise avant de la revendre à un appelé Giuseppe DI AMICCI. Ce dernier quitta Acoz en 2008 et c’est alors la famille Dominique BOSSIS qui en devint propriétaire. Dominique BOSSIS est l’administrateur de la S.A. DECOCHALET, sise au même endroit.

VILLA DU DIRECTEUR 100dpi 640
Photo récente de « la Villa du Directeur »
LIEU ACCIDENT 100dpi 640
Dominique BOSSIS, l’actuel propriétaire, sur les lieux de l’accident. Tout récemment, l’ancienne ligne de chemin de fer a fait place au RAVeL.

 

——————————

 

Déraillement d’une locomotive

Déraillement locomotive type 15 100dpi 640

Cette photo m’a été transmise par Etienne et Luc ELOY. Malheureusement on n’a pas d’autres précisions si ce n’est qu’il s’agit d’une locomotive type 15. L’incident s’est sûrement passé aux environs de la gare lors du passage à un aiguillage.

————————————–

Accident mortel

Les documents officiels reçus de Geneviève LUSIAUX attestent d’un accident mortel qui se serait passé à la gare d’Acoz le 11 juin 1930. La victime s’appelait Eugène OVANDO.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OVANDO Eugène 640

Voici la version que m’avait donnée Lucien SAINTHUILE : 

« Eugène OVANDO avait marché avec la Compagnie d’Acoz lors du week-end de la Pentecôte 1930, les 8, 9 et 10 juin. Le dimanche, l’alcool aidant, il aurait eu des paroles déplacées mettant en cause sainte Rolende. Le mardi, il serait retourné à Gerpinnes et aurait passé la grande partie de la nuit dans les estaminets. C’est en revenant à Acoz, très tôt le mercredi, qu’il aurait été happé par le premier train. Ces faits se seraient passés au passage à niveau de la ligne Châtelet-Mettet, au pied de la Croix d’Acoz. »

Suzanne DEGRAUX m’a confirmé les dires de Lucien.

On peut supposer qu’Eugène OVANDO aurait été transporté à la gare et qu’il y serait décédé.

Eugène OVANDO 100dpi 640

 ——————————

Un camion verse dans un wagon

Les faits se sont passés au quai aux sables, en face de la gare d’Acoz. C’est à cet endroit que les camions venaient benner, dans les wagons, le sable extrait des sablières de Joncret et de Lausprelle.

Là encore, pas de précisions.

Camion quai au sable 100dpi 640

QUAI AUX SABLES 640 2
Photos actuelles du « quai aux sables »

QUAI AUX SABLES 640

 

Grand merci à Luc DAL, Etienne et Luc ELOY, Geneviève LUSIAUX et Dominique BOSSIS.

© Alain GUILLAUME – Juin 2019.