On aurait pu connaître un drame à Acoz

Boris HERMAND, passionné d’aviation, après avoir découvert l’article « Saint Nicolas en hélicoptère à Acoz », m’a contacté pour m’informer que l’hélicoptère qui a contribué au merveilleux souvenir du 1er décembre 1973 s’est écrasé 7 mois plus tard.

HELICOPTERE ACOZ
L’hélicoptère lors de son atterrissage à Acoz le 1er décembre 1973.

Voici le rapport officiel, ainsi que les photos y attenant…

Indicatif d’Appel: OO-EAU

Fabricant: Schweizer

Modèle: 269C

Date: samedi 13 juillet 1974

Heure (UTC): 10: 29h

Emplacement: Jambes

Phase de vol: Vol

Cause : technique

Victimes : équipage (indemne) 1 – passagers (indemnes) 2

Description :

Le pilote était à Jambes pour une série de vols publicitaires pour la chaîne de supermarchés Sarma. Les vols partiraient du parking Sarma. Le pilote est venu d’un site privé de Bouge avec deux organisateurs. Lors de l’approche finale du parking Sarma, l’entraînement s’est déconnecté de la tête du rotor, de sorte qu’il n’a plus été conduit.

Le pilote a dû effectuer un atterrissage en autorotation obligatoire sur un site de l’école de filles juste derrière le supermarché. La rotation des voitures ne s’est pas très bien passée; mais les trois passagers sont sortis indemnes de l’épave.

Conclusion :

La cause de l’accident est la défaillance de l’un des deux roulements à rouleaux responsables de l’entraînement et du fonctionnement libre des pales du rotor. Cela a provoqué une déconnexion de l’entraînement des pales du rotor de sorte que les pales du rotor n’étaient plus entraînées.

Le pilote a donc dû effectuer une rotation obligatoire de la voiture, ce qui a entraîné un accident.

HELICOPTERE 1 640

HELICOPTERE 2 640

HELICOPTERE 3 640

HELICOPTERE 4 640

Sept mois plus tôt et c’était la catastrophe à Acoz…   Merci saint Nicolas !

Grand merci à Boris pour avoir permis cette découverte. (Je vous invite à admirer les merveilleuses photos d’aviation militaire publiées sur le mur de Boris : Facebook  Boris HERMAND).

___

© Alain GUILLAUME – Décembre 2019.

Saint Nicolas en hélicoptère

Le club des jeunes d’Acoz

En 1973, le Comité des Jeunes d’Acoz qui avait jusqu’ici déjà organisé pas mal d’activités au profit des habitants du village a envisagé cette fois de mettre sur pied la Saint-Nicolas pour les enfants.

Saint Nicolas à Acoz le 1er décembre 1973

Après réflexion et échange d’idées, il fut décidé que la fête aurait lieu le 1er décembre. La date étant ainsi fixée, l’ensemble des membres commença à affiner le projet.

Nous nous sommes dit : « Tiens, pourquoi ne pas donner rendez-vous aux enfants et à leurs parents dans le parc du château Pirmez pour attendre l’arrivée du grand saint ? ». Cette idée rencontra l’adhésion de tous. Elle fut donc retenue. C’était un premier point.

Nous nous sommes ensuite penchés sur une manière originale de faire arriver saint Nicolas dans le parc du château… Nous voulions faire en sorte que les enfants soient vraiment émerveillés et gardent le souvenir en mémoire pour très longtemps. Comment faire ? Certes, l’arrivée du grand saint accompagné de son âne et de père fouettard dans le cadre enchanteur du château Pirmez aurait déjà suscité l’émerveillement des enfants. Mais nous en voulions plus … beaucoup plus ! 

Emergence d’une idée un peu folle

C’est à ce moment-là qu’une idée commença à germer dans nos esprits. On imagina l’arrivée de saint Nicolas par le ciel ! En hélicoptère ! Un peu fou non ? Il faut avouer que nous l’étions un peu toutes et tous à cette époque ou tout au moins étions nous utopistes, enthousiastes et pleins de confiance dans notre destin. Pour la plupart, nous avions tous entre 16 et 18 ans et ne doutions de rien et surtout pas de l’impossible ! Car en effet, si aucune ni aucun d’entre nous ne se souvient aujourd’hui de qui a eu cette idée insensée, personne, absolument personne ne se souvient non plus avoir entendu quelqu’un dire que ce ne serait pas possible !

A ce stade, nous n’avions aucune autorisation des propriétaires du château ni celle des autorités communales. Nous n’avions pas la moindre idée du coût et des moyens à engager pour réaliser notre projet. Il restait aussi à trouver un hélicoptère, obtenir le plan de vol, négocier le prix, trouver des cadeaux pour les enfants. Mais bref, le scénario était bel et bien sur la table. Il était impossible de reculer, c’était juré : saint Nicolas arriverait le 1er décembre au château Pirmez en hélicoptère !

Les démarches

Dans les jours qui ont suivi nous avons demandé à rencontrer M. le Baron Edouard PIRMEZ chez qui nous avons reçu un accueil favorable. Il nous a donné son accord pour accéder au parc et pelouses du château.

Nous nous sommes ensuite rendus à la maison communale afin d’exposer notre projet au bourgmestre. Et tant que nous y étions, nous avons sollicité la mise à notre disposition de la salle communale des fêtes. Il nous a été demandé d’introduire une demande par écrit et quelques jours plus tard, nous recevions le feu vert des autorités.

Monsieur le Curé

Une autre idée nous vint également à l’esprit : « pourquoi ne pas solliciter Monsieur le Curé (L’abbé Albert DOUBLET) afin d’accueillir saint Nicolas à son arrivée ? ». Nous nous sommes donc rendus à la cure pour une fois encore expliquer notre projet. De suite, il adhéra à notre proposition et nous assura de sa participation.

L’hélicoptère

Il nous fallait à présent trouver un hélicoptère et ce n’était pas chose aisée dans ces années-là ! Nous nous sommes rendus à Gosselies sur le site de ce qui n’était qu’un petit aérodrome à l’époque. En effet, en 1973 Gosselies n’était pas encore Brussel South Airport avec ses millions de passagers transportés, ce n’était qu’un petit aérodrome fréquenté par quelques CESSNA, MARCHETTI et PIPER occupant un modeste terrain situé à côté de la SABCA : une seule piste, une tour de contrôle et quelques hangars, c’est tout !

On nous dirigea vers la tour de contrôle et on nous présenta un pilote avec qui, après négociations, nous avons conclu un accord (verbal) pour un voyage en hélico de Gosselies à Acoz le 1er décembre 1973 avec un décollage prévu vers 14 h. Cet accord prévoyait la remise préalable de photographies détaillées du lieu d’atterrissage afin de guider le pilote. Non, Google Earth et son Street View n’existait pas encore, pas plus qu’Internet, d’ailleurs ! Le dossier photos a été assuré par Gaby STEVAUX.   

Le casting

Il restait à « embrigader un saint Nicolas ainsi qu’un père fouettard » dans cette aventure car après tout, l’engagement d’un hélico c’était bien beau, mais nous n’avions pas encore trouvé les acteurs principaux.

Ce fut chose faite quand René MOURIALMÉ (gérant de l’épicerie « Louis Delhaize » sise à l’actuelle rue de Moncheret) accepta avec enthousiasme le rôle de saint Nicolas. Jean-Carlo ALBORGHETTI le seconda comme père fouettard dont le grimage fut assuré par Christine TOUSSAINT. C’était du costaud … personne ne l’a reconnu.

Enfin, il a été convenu que le transport de nos acteurs vers l’aérodrome de Gosselies serait assuré en voiture par Paul BRIOLA. Il faut savoir qu’à cette époque, très rares étaient les jeunes qui possédaient une voiture. La plupart d’entre nous se déplaçaient en vélo ou à pied et seuls ceux qui avaient commencé à travailler possédaient un vélomoteur.

Heureusement, les dieux étaient avec nous … 

Les grandes lignes de la fête étant tracées, on s’y prépara dans les détails : la recherche des costumes et des cadeaux à offrir aux enfants, passer les commandes à l’Horeca, préparer le trône à la salle communale, etc… Enfin, le 30 novembre, tout était fin prêt, le soleil brillait, nous étions confiants …

Le lendemain 1er décembre, le village se réveille … sous la neige ! Il fallait croire que les dieux étaient avec nous ! Nous étions loin d’imaginer un hélicoptère atterrir sous la neige dans le parc du château d’Acoz … difficile d’imaginer plus féerique !

Donc vers 12h30, nous partons confiants pour Gosselies en compagnie de saint Nicolas et de père fouettard.

… mais le diable s’en mêle une première fois !

À notre arrivée, un petit hélicoptère blanc est posé au pied de la tour de contrôle. Alain POSTIAU qui avait mené les négociations jusque-là, gravit l’escalier permettant d’accéder au poste de commandement, salue notre pilote et lui demande si tout est en ordre. Et là, c’est la douche froide : le pilote déclare que le vol est annulé à cause des mauvaises conditions météorologiques (neige et brouillard). Alain reste sans voix quelques instants mais, reprenant aussitôt ses esprits, lui explique que cela n’est pas possible, que plus de 50 enfants et leurs parents attendent dans le parc du château et… qu’il n’y a pas de brouillard sur Acoz et qu’il n’a pratiquement pas neigé … Notre pilote hésite, mais comprenant que tous nos efforts jusqu’ici allaient être ruinés dit qu’il devait contacter les services météo de la base aérienne de Florennes pour obtenir l’autorisation de décoller.

… Wait and see.

Alain descend sur le tarmac afin d’expliquer la situation ubuesque qui est en train de se dérouler. Après un long moment d’attente dans l’angoisse, notre pilote nous rejoint et accepte finalement d’assurer le vol vers Acoz.

Ouf !

… puis, le diable encore une fois s’en mêle !

Il n’y a qu’une seule place de passager disponible à bord de l’hélicoptère !

Cela complique donc les choses. Que faire ? Nous décidons de faire embarquer saint Nicolas à bord de l’appareil tandis que père fouettard rentrera à Acoz en voiture avec nous. Mais pour le bon déroulement de l’évènement, l’hélico ne doit pas se poser sur les pelouses du château avant notre arrivée puisque père fouettard est sensé accompagner saint Nicolas dans l’appareil.

Donc voilà la consigne donnée au pilote : il devra suivre nos deux voitures à vue ! Oui, oui, à vue car en 1973 pas de GSM ni de smartphone ni d’autre GPS et pas encore de ring à Charleroi non plus. Il fallait absolument traverser la ville, suivi par l’hélicoptère, donc. Heureusement la circulation n’était pas encore celle qu’elle est aujourd’hui.

Le départ de Gosselies s’est effectué avec un peu de retard mais le trajet s’est fait sans complication.

Il restait à s’arranger pour que notre père fouettard, planqué sous une couverture sur le plancher de la voiture de Paul rejoigne discrètement saint Nicolas à sa descente d’hélicoptère qui allait se poser dans quelques secondes. C’est la neige qui nous a sauvés car l’hélico en s’approchant du sol a soulevé un tel tourbillon de neige que l’on ne voyait plus grand-chose et Paul en a profité pour approcher sa voiture au plus près de l’aire d’atterrissage. Et comme les enfants n’avaient d’yeux que pour l’hélicoptère et pour saint Nicolas, le tour de magie a parfaitement fonctionné. 

Un triomphe !

L’arrivée au château fut triomphale… les nombreux enfants et leurs parents assistèrent médusés, les yeux brillants à l’atterrissage de l’hélicoptère duquel sont sortis notre grand saint… et son fidèle père fouettard. Même notre bon curé Doublet s’est prêté au jeu ! Il s’est avancé, amorçant une rapide génuflexion devant le grand saint et simulant un baiser sur sa grosse bague surmontée d’un faux rubis, « officialisant » ainsi l’évènement.

Succès total, un triomphe !

Le cortège a ensuite quitté le château pour se diriger vers la salle des fêtes de la rue des Écoles où saint Nicolas a distribué cadeaux et friandises aux enfants. Un goûter a été également offert. Cependant, les enfants étaient plus nombreux que prévu, nous avons dû partir en hâte à la recherche des joujoux manquants ; le magasin « Chez Lorette » de la rue de la Raguette nous est venu en aide immédiatement devant notre désarroi. Opération éclair réussie également puisqu’aucun enfant n’est reparti les mains vides.

Notre photographe de service a réalisé l’important travail de photographie de l’arrivée de saint Nicolas au château et de la remise des cadeaux aux enfants. Un album photographique illustrant l’ensemble de cette journée mémorable été réalisé, des épreuves ont été déposées chez les commerçants du village chez qui parents et enfants ont pu en obtenir une copie.

CHATEAU

HELICOPTERE

Atterissage

DANS LA NEIGE 1

CURE DOUBLET

ACCUEIL 1

PAUL BRIOLA wab

BRUNO ZANDARIn web

DEPART CHATEAU

Michel GERIMONT WEB

Sans titre-Numérisation-07a web

DANIEL DELAERE WEB

Pascal D'HOEY web

Sans titre-Numérisation-04 4 web

Sans titre-Numérisation-04 4b web

Sans titre-Numérisation-04 4c web

FRANCOISE PHILIPPE web

Sans titre-Numérisation-08b

Sans titre-Numérisation-08c

Philippe FRERES web

DANIELLE GANGOLF WEB

Sans titre-Numérisation-09c

Sans titre-Numérisation-10a web

Sans titre-Numérisation-10b web

Sans titre-Numérisation-10c web

Sans titre-Numérisation-011a web

Sans titre-Numérisation-011b web

Sans titre-Numérisation-011c web

Sans titre-Numérisation-11d web

Sans titre-Numérisation-11e web

Sans titre-Numérisation-11f web

Sans titre-Numérisation-022aweb

Sans titre-Numérisation-022bweb

Sans titre-Numérisation-022cweb

Sans titre-Numérisation-033aweb

Sans titre-Numérisation-033bweb

Sans titre-Numérisation-033cweb

Sans titre-Numérisation-055a web

Sans titre-Numérisation-055bweb

Sans titre-Numérisation-055cweb

Sans titre-Numérisation-066aweb

Sans titre-Numérisation-066bweb

Sans titre-Numérisation-066cweb

Sans titre-Numérisation-077aweb

Sans titre-Numérisation-077bweb

Sans titre-Numérisation-077cweb

Sans titre-Numérisation-088aweb

Sans titre-Numérisation-088bweb

Sans titre-Numérisation-088cweb

André SOHY WEB

Sans titre-Numérisation-1010aweb

Sans titre-Numérisation-1010cweb

VALERIE ROBERT WEB

Sans titre-Numérisation-1111aweb

Sans titre-Numérisation-1212bweb

Sans titre-Numérisation-1212cWEB

Le souvenir d’un moment heureux

Chacun d’entre nous, membre du comité des jeunes d’Acoz, garde un souvenir impérissable de cette journée merveilleuse mise sur pied au profit des enfants de notre village. La joie qui rayonnait sur le visage des enfants et les étoiles que nous avons vu briller dans les yeux nous ont très vite fait oublier nos angoisses et nos fatigues. On peut se demander aujourd’hui encore qui des enfants ou de nous, les organisateurs, avons été les plus heureux au cours de cette journée. La soirée s’est évidement terminée très tardivement…

À toutes celles et à tous qui se sont investis sans compter et qui se reconnaîtront dans cet article du blog d’Acoz, encore bravo et merci.

——-

Cet article a été rédigé avec la collaboration de Danielle GANGOLF, Gaby STEVAUX et Alain POSTIAU au nom du Comité des Jeunes d’Acoz et de ses membres.

 

EPSON MFP image

 

© Alain GUILLAUME – Décembre 2019.

L’orchestre « Les Félins »

Il a fait danser toute la région

Mil neuf cent soixante ! Les années sixties avec des jeunes chanteurs et orchestres internationaux !
 Le « 45 tours » explosait, les festivals teenagers et l’époque yéyé naissaient, le rock’n’roll envahissait l’Europe, c’était l’époque du baby-boom et du plein emploi…
Elvis Presley, Les Beatles, Johnny Hallyday, Dick ­Rivers et « Les Chats Sauvages », Eddy Mitchell et « Les Chaussettes Noires », Jacques Dutronc, Sheila… sans oublier nos petits belges avec Salvatore Adamo et Robert Cogoi.

 

Dans notre région, de talentueux musiciens se sont rencontrés. Quelques répétitions, des mises au point, l’achat de matériel moderne avec guitares électriques et amplis…
« LES FELINS » se lançaient dans la révolution.

LES-FELINS-web

Autographes-LES-FELINS-web

Les premiers bals dans les salles de fêtes et les dancings de la région leur ont permis de se faire un nom et le succès grandissant les ont amenés à prester dans le nord de la France. Leur répertoire était varié et son leader, Georges REMY, dit « Le Grand Georges » avait bien compris qu’il fallait diversifier l’offre sans oublier l’ancienne génération, toujours demandeuse du musette. Il allait rencontrer le réputé accordéoniste Hector DELFOSSE pour apprendre à jouer de ce mythique instrument. Le « piano du pauvre » ou « piano à bretelles » venait ainsi compléter l’éventail et apporter cette petite touche de musette, toujours appréciée par une génération aimant les tangos, valses et farandoles.
C’était l’orchestre qui remplissait les salles, chapiteaux et autres lieux de musique et de danse. La venue des « FELINS », c’était la grosse recette assurée !
Les nostalgiques se souviendront des soirées aux dancings « Les Deux Baudets » à Châtelet et « Au Belle-Vue » à Gerpinnes.

LES FELINS avec Pierre CHERMANNE 640

LES-FELINS-5.12.1973-web

Acoz a eu aussi sa part avec les bals en la salle « Tenret » et sous les chapiteaux, lors des fêtes communales organisées par les comités de jeunes, de la balle pelote, de la Marche et de la Fanfare.
Leur dernière prestation acozienne eut lieu en 1975 lors d’un bal organisé par le comité de jeunes, présidé par Alain POSTIAU.

GEORGES DES FELINS web

LES FELINS LAUSPRELLE 640 JACQMIN

A la fin des seventies, un nouveau phénomène allait progressivement décimer ces orchestres de jeunes : les disc-jockeys.
Fin 1985, après avoir fait danser pendant plus de 20 ans, l’orchestre était dissous.

BAL LES FELINS web

Avec son synthétiseur, « Le Grand Georges » continuera quelques années à animer des soirées dansantes. Son talent et sa gentillesse étaient toujours au rendez-vous.
Le 21 décembre 2001, Georges nous quittait des suites d’une longue maladie. Son urne funéraire est scellée dans une niche du columbarium du cimetière de Loverval.

COLOMBARIUM GEORGES REMY web

Arthur DETANT est décédé le 10 juillet 1984 à l’âge de 54 ans.

Robert DE MEY nous a quittés le 13 mars 2016 à l’âge de 76 ans.

—————

Je me souviens du générique de fin de bal. Il s’agissait de « Stalactite » du groupe suisse « Les Aiglons »…

 


 

 

—————-

Merci à Jacquy ERGO, Olivier RIMBAUT, Rose-Marie-COLLART, Jean-Claude NEUMANN pour leur collaboration.

© Alain GUILLAUME – Août 2019.

Le cercle dramatique « Nos Loisirs »

Suite à la publication sur notre blog en février dernier d’un dossier consacré à la chorale « Sainte-Cécile », l’idée m’est venue de vous présenter le cercle dramatique « Nos Loisirs » qui se produisait en la salle du couvent dans les années 30-40. Il était composé exclusivement d’éléments masculins.

Le 25 décembre 1937, il a interprété « La Lumière dans le Tombeau «  (« Gott Mit Uns »). Cette pièce de René BERTON évoque un épisode de la grande guerre, en Champagne, au mois de mai 1918. Dans un abri souterrain, Caussade, un capitaine français et Hermann, un soldat allemand se trouvent, soudain, en présence. Un tableau saisissant de la vie des tranchées, un drame psychologique rehaussé d’un soupçon de philosophie.

La lumière dans le tombeau légendes 640

D’autres photos ont été retrouvées mais malheureusement nous n’avons aucunes précisions quant aux dates et drames interprétés.

IDENTIFICATION 1 640

IDENTIFICATION 2 640

PHOTO 3 640

PHOTO 4 640

                                                             

Merci à André SAINTHUILE, Françoise PHILIPPE et Geneviève LUSIAUX.

 

©  Alain GUILLAUME – Mai 2019

La chorale Ste-Cécile de la paroisse St-Martin

Avant la seconde guerre mondiale, la chorale paroissiale Sainte-Cécile, dirigée par Alix BUSINE, s’est produite à plusieurs reprises en la salle du couvent. A noter qu’elle était composée uniquement d’éléments féminins.

CHANTEUSE DE RUE web

AME D'ESCLAVE web

KERMOOR web

Acoz_Ste Cécile_1936-12-06 640

Certains d’entre nous ont connu : Anne-Marie Madeleine DESSINIUS (dite Madeleine), Suzanne SAINTHUILE, Elisabeth GIGOT, Luce SAINTHUILE, Juliette LEFEVRE, Gisèle CAUSSIN, Suzanne DEGRAUX, Marthe SERMEUSE, Augusta LOSSON, Nicole LIEN, Anne-Marie PATIGNY, Laury DEBERGH, Renée STEVAUX (sœur d’Albert, décédée en 1948), Suzanne LEFEVRE, Suzanne DESSINIUS, Lise SCIEUR, Rolande PHILIPPE, Claire SIMONS, Emilie BOURBOUSE, Olive MATHIEUX, Victorine BEGON, Fernande COLLICHE, Marie-Julie TENRET. Cette dernière est la seule toujours en vie et fêtera son 97e anniversaire le 22 mai prochain.

Les initiales « A.M.D.G. » reproduites sur les programmes signifiaient « Ad majoren dei gloriam » (« Pour une plus grande gloire de Dieu »).

 

© Alain GUILLAUME – février 2019.

Cérémonies marquant le centenaire de l’arrivée des Sœurs de la Providence de Champion

En 1967, d’imposantes cérémonies ont marqué le centenaire de l’arrivée des Sœurs de la Providence au couvent d’Acoz.
Partant de la cour de l’école, un cortège a conduit les participants, accompagnés par la Fanfare Royale, pour le dépôt d’une gerbe au Monument aux Morts.
Dans l’église Saint-Martin, une messe d’action de grâce a été célébrée par l’Abbé Albert DOUBLET, curé de la paroisse.
Parmi l’assistance on remarquait une forte délégation des Sœurs de Champion, le Conseil de la Fabrique d’Eglise représenté par le Baron Edouard PIRMEZ, Marcel DUMONT, Joseph ELOY et Henri VANDEPUT. L’Administration communale était aussi présente avec Franz PHILIPPE, Joseph ELOY et Jean HOSPEL ainsi que le Comité scolaire avec son président Albert STEVAUX. Etaient également présentes Madame GENOT, directrice de l’Ecole des Sœurs, Mesdames GERARDS, GALAND et HONTOIR ainsi que Mademoiselle HOTTA, pour le corps enseignant.
André BEAURIR et son épouse, instituteurs de l’Ecole Communale du Centre, étaient également présents ; sans oublier la délégation d’anciens combattants représentée par Alexis DEBERGH, Henri SIMONS, Augustin MATHIEUX, Georges BERGER et Georges GUILLAUME.
Aux orgues, Jean HOSPEL, et la chorale dirigée par Zénon SPELEERS ont animé l’office.

SORTIE MESSE 1967 640 cc
La sortie de l’office religieux.

Une réception fut ensuite organisée à la Maison communale où le Bourgmestre Fernand POULEUR prononça une allocution et il ne manqua pas de relater les faits héroïques de Sœur Irma, Supérieure du couvent, lors de la Première Guerre mondiale, ainsi que son geste hors du commun lorsqu’elle déploya le drapeau national sur le cercueil d’Hector POULEUR, lâchement abattu par les rexistes en 1944. Pareils faits, ajoutés aux qualités de leur enseignement, ont porté à un haut degré l’estime de la population acozienne pour les religieuses.

CENTENAIRE SOEURS 1A 1967 640 cc
La réception à l’Administration Communale.

Le cortège regagna ensuite le couvent où une séance fut présentée par les enfants de l’école, suivie par un concert interprété par la fanfare locale.

CENTENAIRE SOEURS 3A 1967 640 cc

CENTENAIRE SOEURS 3 1967 640 cc

(Recueilli dans des articles publiés dans la presse régionale).

Identification : Rolande MAROIT et Alain GUILLAUME.

© Alain GUILLAUME – Février 2019.