L’Ecole du Couvent et les Soeurs de la Providence

A l’initiative de la Baronne Marie-Thérèse Eugénie de Dorlodot, épouse d’Antoine del Marmol, fille du Baron Eugène-François de Dorlodot (maître des forges, industriel, premier bourgmestre d’Acoz et sénateur), l’école du couvent a été construite en 1858 sur une parcelle appartenant à sa famille, au sud-ouest du village.

Afin que les enfants d’Acoz et des environs reçoivent une éducation religieuse, la bienfaitrice avait décidé d’y fonder une école libre en faisant appel à une congrégation de sœurs enseignantes. Son choix s’est porté sur les Sœurs de la Providence de Champion.

Sœur NORBERTINE et Sœur MARIE-DELPHINE sont arrivées à Acoz le 30 avril 1867 pour y ouvrir, le 1er mai, deux classes primaires. En 1890, une école gardienne voit le jour mais va s’installer dans les locaux de l’ancienne école communale sis derrière l’église Saint-Martin. La classe sera tenue par Sœur ERNESTA. A cette époque, ce même bâtiment abritait aussi le presbytère.

Entrée en religion en 1889, Sœur IRMA fut nommée supérieure de « l’Ecole du Couvent » en 1898. Elle y consacrera sa vie entière à l’instruction des enfants d’Acoz et des environs. (voir mon livre « ACOZ de A à Z », tome 1, pages 47 à 51).

La guerre de 1914 fut la cause d’un bouleversement de plusieurs années dans le personnel enseignant. Sœur IRMA fut arrêtée le 9 octobre 1915 et condamnée à 2 ans de prison le 4 janvier 1916. Elle sera transférée à Siegburg (Allemagne) le 10 janvier. Elle y est restée jusqu’au 4 janvier 1918. Plusieurs maîtresses se succédèrent au 3ème degré primaire pour remplacer Sœur IRMA : d’abord Sœur JOSEPHA, ensuite Sœur SYLVANIE, Sœur EXINA et Sœur HELENE, Mademoiselle Lucienne MARTIN et Mademoiselle Maria OGER. Sœur IRMA reprit sa classe le 1er octobre 1920 et continua ses fonctions jusqu’au 4 février 1938, date à laquelle la maladie l’obligea à prendre sa retraite d‘enseignante. Elle fut mise en disponibilité le 30 août 1938. C’est Mademoiselle Maria ROBA, de Farciennes, qui assura l’intérim jusqu’aux vacances.

En 1916, Sœur CAMILLE rejoint le couvent. Elle se dévouera pour les petits de l’école gardienne jusqu’en septembre 1959. Elle quittera Acoz pour rejoindre la congrégation de Champion en août 1964.

En 1917, Sœur SIDONIA prit la place de Sœur SYLVANIE jusqu’en 1920. Elle fut alors remplacée par Mademoiselle Blanche DAFFE de Gougnies qui quitta l’école le 24 décembre 1923.

En 1921, les supérieures de Champion envoyèrent Soeur JULIENNE pour aider Sœur IRMA dont la santé était ébranlée par son séjour en Allemagne. Sœur JULIENNE fit l’intérim jusqu’en avril 1922 et le 1er janvier 1924, elle fut nommée à titre définitif à la première classe primaire (1ère, 2ème et 3ème années).

Il a fallu attendre septembre 1938 pour enregistrer la nomination de la première enseignante laïque, en l’occurrence Mademoiselle Andrée BUSINE, habitant la localité. Cette dernière quittait l’école de Châtelet où elle était en fonction. Elle enseigna au 3ème degré, en remplacement de Sœur IRMA.

En 1940, malgré la guerre, à la demande de Madame FROMONT, inspectrice cantonale, et sur ses pressantes sollicitations, on entreprit des travaux en vue d’aménager une salle pour le 4ème degré primaire. En 1941, cette classe dite « 4ème Degré » voit le jour, permettant aux étudiantes sortant des primaires qui ne poursuivaient pas leurs études de recevoir en deux ans des notions de coupe, de couture et de cuisine… les préparant à une future vie familiale. Elle fut confiée à Mademoiselle Madeleine PACLES, fraîchement diplômée de l’école normale de Champion. En 1943, elle quitte l’école d’Acoz pour des études de régendat. Elle fut remplacée par Mademoiselle Louise THERASSE d’HOEY et Mademoiselle Marie-Louise BOVESSE de Franière.

En 1946, Mademoiselle Andrée BUSINE reprit la classe. Mariée à Joseph GENOT en 1948, elle prit un congé de maternité du 3 mai 1949 au 3 juillet 1949. Son remplacement temporaire fut assuré par Sœur SAINT HENRI (Elisabeth FAGNARD). Un second congé de maternité lui fut octroyé du 31 mai 1950 au 30 novembre 1950.

Madame Marie BASTIN, épouse de Pol COLINET, est nommée provisoire le 1er décembre 1950 et reçoit sa nomination définitive le 1er mars 1952. Elle enseignera aux 2ème et 3ème degrés. Vers 1960, elle quitte Acoz pour reprendre la direction de l’école paroissiale de Presles.

En septembre 1954, Sœur JULIENNE, ne pouvant plus enseigner à cause de la faiblesse de sa vue, s’adonna aux travaux du ménage, de la lingerie, de jardinage… sans oublier la préparation de l’excellent cacao offert aux élèves à la récréation du matin.

Le 23 décembre 1956, décès de Sœur IRMA. Elle repose au cimetière d’Acoz.

En août 1957, Sœur MARIE EULALIE est nommée supérieure de la maison.

En août 1958, Sœur BERTHA rejoint le couvent d’Acoz. Elle le quittera le 1er mai 1961 et sera remplacée par Sœur JOSEPH MARIE.

Fin juin 1971, la dernière religieuse quitte l’école et l’enseignement primaire est ouvert à la mixité, imposée par l’Abbé Albert DOUBLET, curé de la paroisse Saint-Martin.

 

Quelques précisions

  • L’école du couvent accueillait les jeunes filles du village, de Joncret, de Lausprelle, de Villers-Poterie et même de Gougnies.

  • Le bâtiment construit en 1858 était de forme rectangulaire. Les deux grandes pièces du rez-de-chaussée (côté façade avant) accueillaient deux classes primaires. Les pièces arrière que l’on appelait « la clôture » étaient réservées aux religieuses avec la cuisine, le parloir et la salle à manger. L’accès était interdit aux élèves. L’étage était exclusivement destiné aux chambres des religieuses, la chapelle et la sacristie.

  • En 1885, à la mort de la fondatrice Marie-Thérèse Eugénie de Dorlodot, le Chanoine Henry de Dorlodot accepta de la remplacer. Jusqu’à son décès en 1929, il s’intéressera beaucoup à l’école du couvent. Il laissera son œuvre à une société sans but lucratif « Le Crédit des Œuvres Ouvrières et de la Charité » établie à Bruxelles, rue d’Edimbourg. Elle versait la somme de 2.500 francs par an et intervenait dans les grosses dépenses de l’école du couvent.

  • Sœur NORBERTINE, qui fut la fondatrice de l’école en 1867, enseigna sans diplôme (l’école étant libre) jusqu’en 1885. L’école ayant été adoptée par la commune, une diplômée fut exigée. Sœur NORBERTINE resta supérieure jusqu’en 1895, puis désira rentrer à la maison mère et y décéda le 24 septembre 1898. Sœur EUGENIE, venant d’Anthée, l’avait remplacée comme supérieure. Elle mourut subitement le 13 juillet 1898 et fut inhumée au cimetière d’Acoz.

  • En 1908, la chapelle du couvent reçut l’autorisation d’y abriter le Saint-Sacrement. Les offices religieux y étaient surtout célébrés les jours de grands froids, l’église paroissiale n’étant pas chauffée. Les célébrations ont pris fin vers 1960-65, après l’installation du chauffage par accumulation électrique dans l’église Saint-Martin.

 

Le Pouvoir Organisateur

  • En 1962, la présidence était assurée par Albert STEVAUX et la trésorerie était confiée à Jean HOSPEL.
  • En 1970, Marcel DEBERGH devient président, la trésorerie reste confiée à Jean HOSPEL.
  • En 1972, le comité est composé de Marcel DEBERGH, Joseph THYS, Madeleine MASSET, Cécile JACQUES (épouse Michel GERIMONT), Yvan SAINTHUILE, Jacques DEGUELLE, Joseph-Vital GUILLAUME, Jean HOSPEL, Abbé Albert DOUBLET. (Mandataire pour l’Etat : Marcel DEBERGH).
  • En 1975, lors de l’arrivée de l’Abbé Cao VAN LUAN, le baron Edouard PIRMEZ reprend la présidence, place qu’il conservera jusqu’à son décès en 1999. Jean-Pierre CHALLE s’occupera de la trésorerie.
  • Actuellement, la présidence est assurée par Jean-Pierre CHALLE, la trésorerie par Alain POSTIAU et le secrétariat par Marie-Agnès MONNOYE.
  • Le pouvoir organisateur est actuellement propriétaire des bâtiments et terrains et agit en tant que personne morale. (Statut juridique : ASBL Ecole Libre Mixte d’Acoz).

Les travaux et transformations

  • En 1910, deux parties de terrain contigües à l’école d’une superficie de 17 ares 4 centiares ont été achetées par la famille de Dorlodot pour agrandir la cour de récréation qui mesurait 7 mètres sur 4. Il y eut aussi l’achat d’une bande de terrain de 1 are 14 centiares 79 à un autre propriétaire pour la construction d’un préau.
  • En 1926, la classe gardienne se tenait toujours dans l’ancienne école communale sur la place de l’église. Ce bâtiment devenant insalubre et inhabitable, le Chanoine Henry de Dorlodot résolut d’adjoindre l’école gardienne à la primaire et fit construire le bâtiment avec la scène de théâtre. Ce grand bienfaiteur voulut que cette classe fut tout à fait moderne et, à cet effet, ne recula devant aucune dépense. En 1928, on y installera le chauffage central dans tous les locaux.
  • Dans les années qui ont suivi le décès de Chanoine Henry de Dorlodot en 1929, construction d’une grande cuisine avec une serre pour les religieuses, financée grâce aux bienfaiteurs et aux séances, dons, etc…
  • En 1941, à la demande de l’inspection, une salle pour accueillir le « 4ème degré » fut aménagée dans la grande cuisine des religieuses. La dépense s’est élevée à 62.940 francs. Le mobilier a été payé par des amis de l’école (le bureau et 25 tables pour la somme de 10.721 francs).
  • En 1946, une somme de 7.390 francs a été requise pour diverses réparations. Elle a été soldée par les recettes d’une séance récréative. Le « 4ème degré » a été pourvu d’une cuisinière électrique et d’une batterie de cuisine pour 7.015 francs, somme offerte par les bienfaiteurs de l’école.
  • Toujours en 1946, des amis de l’école ont fait don d’un appareil à projections, de collections de films catéchisme, etc… Coût : 6.483 francs.
  • En 1947, un grand travail, a été entrepris au mur entourant la cour. Les pierres ont été récupérées sur les ruines de la maison incendiée en 1914, en face de l’église paroissiale Saint-Martin. Cette maison était la propriété de la famille de Dorlodot. Coût : 16.200 francs payés par la société sans but lucratif « Le Crédit des Œuvres Ouvrières et de la Charité ».
  • En 1951, construction des quatre WC avec fosse septique. Coût : 18.980 francs payés par la société sans but lucratif « Le Crédit des Œuvres Ouvrières et de la Charité ».
  • Fin 1953, pendant les vacances de Noël, des travaux ont été entrepris pour l’installation du chauffage central au mazout pour la somme de 32.700 francs. Cette dépense fut couverte par des dons, séances théâtrales et fancy-fair.
  • Fin 1954 et en 1955, travaux de plafonnage, de peinture, de menuiserie dans les différentes classes et au préau pour la somme de 23.232 francs.
  • Le mobilier de l’école gardienne fut entièrement renouvelé en avril 1956 pour 16.871 francs, somme qui fut payée par les anciens élèves de Sœur CAMILLE. Le mobilier fut amélioré en 1961 et financé par le pacte scolaire.
  • En 1959, les fenêtres des deux classes primaires furent remplacées par une fenêtre unique pour chaque classe ; coût 42.271 francs financé par Mademoiselle Jeanne de DORLODOT. Le mur vis-à-vis de la façade avant a été abattu et remplacé par un muret surmonté de barres métalliques.
  • En 1960, le mobilier des deux classes primaires fut renouvelé, les locaux repeints, aux frais du pacte scolaire. Pendant les vacances de Pâques, la cour de récréation fut macadamisée, ce qui occasionna un coût financier d’environ 40.000 francs (20.000 francs payés par le Baron René de DORLODOT et 20.000 francs par les arriérés des locations de l’école gardienne dus par l’administration communale).
  • Le 15 mai 1961, une seconde classe gardienne fut ouverte. Elle fut reconnue par le ministère – sans restriction – en janvier 1962. Un nouveau local étant nécessaire, des constructions sont envisagées. La nouvelle classe gardienne s’est tenue aux parloirs des religieuses, tandis que la construction du local commençait en août 1962. La bénédiction eut lieu le 15 septembre 1963 par le Doyen de Châtelet, venu en même temps fêter le jubilé de 50 ans de vie religieuse de Sœur JULIENNE. La nouvelle classe fut occupée dès la rentrée de septembre 1963.

 

La population scolaire

1890      110 élèves

1916        43 élèves        (24 en primaire et 19 en maternelle)

1921        57 élèves        (25 en primaire et 32 en maternelle)

1998      120 élèves       (70 en primaire et 50 en maternelle)

2021      220 élèves      (145 en primaire et 75 en maternelle)

 

Les précisions de Rolande MAROIT

  • Au départ de Soeur JULIENNE, Champion envoie pour la remplacer Sœur MARIE DE LA NATIVITÉ. Elle enseigne en 4ème, 5ème et 6ème années et Madame COLINET doit prendre la classe des 1ère, 2ème et 3ème années.
  • A l’école maternelle, Francine BRUAUX, épouse GALAND, remplacera Soeur CAMILLE.
  • Une 2ème classe maternelle est ouverte en 1961, tenue par Christiane LAMBERT. En 1962, Marie-Henriette BUSINE la remplace. Pendant la construction de la nouvelle classe, Madame GALAND enseignera dans un local de l’école communale. A la même époque, un petit local est construit sous le préau. Il servira de réfectoire, car jusqu’alors les élèves mangeaient dans le local en-dessous de la scène ; on y accédait par un escalier et une porte qui donnait sur la cour. A l’époque peu d’enfants dînent à l’école. Petite anecdote : le local n’est pas rectangulaire, un coin est découpé pour permettre à Soeur JULIENNE d’accéder facilement à son jardin. Le tilleul qui ornait la cour est abattu pour permettre la construction.
  • En primaire, Mademoiselle CAUSSIN remplace Madame COLINET. En 1961, elle est remplacée par Monique BERNY. En 1962, Rolande MAROIT reprend la classe du degré inférieur tandis que Monique BERNY enseigne la couture au 4ème degré et à l’école secondaire de Thy-le-Château. Soeur JOSEPH-MARIE enseigne aux degrés moyen et supérieur et Madame GENOT au 4ème degré.
  • Soeur JOSEPH-MARIE quitte Acoz en 1965 et est remplacée par Soeur LUCIA qui ne reste qu’un an. Ce sera la dernière sœur enseignante.
  • Anne-Marie HOTTAT est engagée en 1966. L’école compte alors 2 classes maternelles et 3 classes primaires. Le 4ème degré étant supprimé, Madame GENOT enseigne au degré supérieur et assure la direction.
  • Pour les religieuses Sœur MARIE-EULALIE est remplacée par Soeur MARIE-CHARLES comme supérieure et Soeur MARIE-THERESE les rejoint pour s’occuper du ménage en remplacement de Soeur JULIENNE. Elles quittent Acoz en 1971. Pendant quelques années, des concierges occupent les locaux des sœurs. Il s’agit du couple Arthur et Nelly CULOT.
  • Madame GENOT part en congé de maladie en septembre 1968 et sera retraitée en 1972. Elle n’est pas remplacée car le nombre d’élèves a fortement diminué suite à l’ouverture de l’Ecole de l’Etat à Bertransart. Rolande MAROIT, épouse Léon GERARDS, devient directrice.
  • Le pouvoir organisateur achète un minibus et organise un transport scolaire. Le Baron Edouard PIRMEZ, sa sœur Marie-Louise, des époux d’enseignantes et des parents d’élèves se relaient pour conduire le minibus bénévolement. Cela porte ses fruits car en 1975 une troisième classe primaire est ouverte et confiée à Marie-Christine BAYONNET.
  • En 1977, une 4ème classe est ouverte et confiée à Marie-Chantal SUAIN, épouse BOLLE, jusqu’en juin 1981. En septembre de la même année, Anne GALAND la remplace.
  • En 1985, l’inspectrice maternelle propose de réaliser un module psychomoteur. Un groupe de parents d’élèves décident de le construire et d’aménager de nouveaux sanitaires sur l’emplacement de l’ancienne serre des religieuses. L’architecte Philippe BUSINE et Monsieur BERTHOLET, professeur de menuiserie, leur prodiguent conseils et assistance. Tous travaillent bénévolement en juillet et août. Les nouveaux locaux sont inaugurés en septembre en présence du ministre Philippe MAYSTADT.
  • En 1989, Madame GALAND part à la pension et est remplacée par Marie-Delphine MEES.
  • Malgré la suppression du transport scolaire, le nombre d’élèves augmente progressivement. En septembre 1996, une 3ème classe maternelle est ouverte et confiée à Cécile PAQUET. Le pouvoir organisateur envisage la construction de nouveaux locaux en surélevant le réfectoire, mais ce projet est rejeté. Il décide alors de passer par un emprunt et achète le terrain jouxtant l’école pour y construire 4 nouvelles classes.
  • En 1998, Mesdames HONTOIR et GERARDS partent en « Disponibilité Précédant la Pension de Retraite ». 70 élèves sont inscrits en primaire et 50 en maternelle.
  • Le 1er septembre 1998, Benoit BAMPS est nommé directeur et Christelle DAMANET remplace Madame HONTOIR.
  • Le nombre d’élèves continue de croître.
  • Un grand préau est installé.
  • Grâce à des subsides exceptionnels en 2001, deux nouvelles classes sont construites.
  • Par sécurité, le grand noyer de la cour de récréation doit être abattu.
  • Le 18 janvier 2007, Benoit BAMPS quitte Acoz pour rejoindre l’Ecole Fondamentale de Loverval, Anne-Sophie ESPEEL le remplace.

  • Un conteneur est aménagé à côté du petit local sous le préau, il accueille des classes pour demi-groupe.
  • Le Collège Saint-Augustin qui vient de construire de nouveaux bâtiments, offre à l’école 2 conteneurs qui seront aménagés en deux classes pour le degré supérieur.

Actuellement(2021) «  l’ASBL Ecole Fondamentale Libre Mixte d’Acoz » compte 4 classes maternelles et 7 classes primaires avec une direction sans classe. 75 enfants sont inscrits en maternelle et 145 en primaire.

Les photos de classes

 

 

**********

Dossier réalisé sur base d’archives personnelles, d’archives de feus Joseph ELOY et Marcel MEUNIER, du travail de fin d’étude réalisé par Nathalie SOUMOY ; avec la précieuse collaboration de Rolande MAROIT, ancienne directrice.

Les identifications des photos de classes sont dues en grande partie à Rolande MAROIT et Anne-Marie HOTTAT.

 

© Alain GUILLAUME – Avril 2021

Visite princière au château d’Acoz

VISITE PRINCIERE titre.jpg

Septembre 1999 : la nouvelle tombe, le Prince PHILIPPE annonce ses fiançailles avec Mademoiselle Mathilde d’UDEKEM d’ACOZ. A l’école Notre-Dame de la Providence à Acoz, c’est l’effervescence dans les classes et particulièrement en 5ème et 6ème années. Les élèves sont ravis de l’évènement mais aussi curieux de savoir qui est cette future princesse qui porte le nom de notre village. Aussitôt, les recherches commencent. Toute l’école vient de trouver un nouveau centre d’intérêt pour les apprentissages. Au degré supérieur, les élèves apportent les articles de journaux, interrogent des historiens locaux, consultent des documents prêtés et bien sûr se rendent au château d’Acoz puisqu’ils viennent d’apprendre que les ancêtres de Mathilde en ont été les propriétaires. Ils sont reçus par Mademoiselle Marie-Louise PIRMEZ, propriétaire à cette époque. C’est ainsi que l’on découvre les origines de la future princesse. Le château a appartenu à la famille de MAROTTE en 1573, à la famille de QUIEVRAIN en 1727, dont le dernier comte décède sans héritier. C’est donc une nièce, Catherine d’UDEKEM qui en hérite. A cette époque, Acoz et Villers-Poterie forment une même seigneurie. Au décès de Catherine, Jacques d’UDEKEM, son neveu, hérite de la seigneurie et revend ensuite la propriété d’Acoz en 1858 à Irénée DRION, veuve de Benjamin PIRMEZ et mère d’Octave PIRMEZ. C’est en 1886 que l’origine « d’ACOZ » est ajouté au nom d’UDEKEM par arrêté royal du roi Léopold II. Par nos recherches, nous découvrons aussi que les armoiries de la famille d’UDEKEM sont les mêmes que celles de la commune de Villers-Poterie. Cette commune ne possédant pas de sceau scabinal avait demandé que lui soient concédées les armoiries de ses derniers seigneurs féodaux, en l’occurrence Jacques d’UDEKEM. Cette concession fut officialisée par le Baron d’UDEKEM d’ACOZ le 15 décembre 1959. Aux élèves enthousiastes de découvrir ces informations historiques, je propose d’écrire au Prince PHILIPPE pour le féliciter. Ils sont aussitôt emballés et préparent donc individuellement une lettre et doivent se renseigner pour connaitre la manière de s’adresser à un prince !Et c’est ainsi que tout commence ! En classe, nous rassemblons les idées de chacun et rédigeons une lettre commune. Un tirage au sort désigne l’élève qui l’écrira. On l’envoie le 4 octobre 1999. Et sans tarder, le 13 octobre nous recevons une réponse.Encore un moment d’émotion lorsque les élèves découvrent l’enveloppe portant l’entête et le cachet « Palais de Bruxelles », et sur la lettre « Maison du Prince Philippe ». Le contenu les réjouit puisque le Conseiller du Prince leur annonce qu’une visite est possible mais pas avant leur mariage. Quelques mois plus tard, en janvier 2000, le rêve des élèves se réalise. Ils m’apprennent que Mademoiselle PIRMEZ a reçu la visite d’une délégation de la Cour lui annonçant que les Princes ont l’intention de venir au château et rencontrer les élèves qui les ont invités. Un peu méfiante et étonnée, je leur dis : « Vous êtes certains ? Je n’ai rien entendu dire ! » Mais ils insistent ! Et dans l’après-midi, j’en ai la confirmation quand un journaliste me téléphone et m’interroge sur notre démarche. Il demande à nous rencontrer à l’école. Tout se précipite car la visite officielle est programmée pour le 9 février 2000. Dans les jours qui suivent, plusieurs journalistes des quotidiens locaux, de la RTBF, de RTL, de TELESAMBRE viennent nous interviewer et prendre des photos.Chaque jour, nous faisons la Une des journaux. C’est un peu magique et surréaliste pour les enfants. Progressivement, le déroulement de la visite princière se dessine.Dans le cadre de leur entrée dans le Hainaut, les princes termineront leur journée par un passage au château d’Acoz. Bien vite, ce qui s’annonçait au départ comme une visite privée devient une visite officielle mais en privilégiant les enfants. On connaissait déjà l’empathie de la Princesse MATHILDE pour les jeunes. Une visite princière demande une préparation minutieuse et un respect du protocole. Je suis donc conviée à une réunion préparatoire rassemblant le Collège communal, le chef de la police locale, des enseignants et le chef du protocole. Le déroulement de la visite est alors précisé.Seuls, les élèves des écoles d’Acoz feront la haie dans la cour intérieure du château ainsi que les musiciens de la Fanfare Royale d’Acoz. Tout de suite, l’idée nous vient d’expliquer la signification du blason de la famille d’UDEKEM d’ACOZ, devenu les armoiries de Villers-Poterie. Je me lance dans un cours d’héraldique inconnu des enfants. Pour m’aider et mieux faire comprendre aux élèves un vocabulaire assez particulier, je reçois en prêt de Madame Nicole CLEMENT le « blason » de Villers-Poterie. Nous allons aussi observer le petit monument de la place de l’église, élevé à la mémoire de la famille d’UDEKEM d’ACOZ ; son architecture convient tout à fait pour illustrer un cours de géométrie et de mesures ! » C’était en 1980, dans le cadre du 150ème anniversaire de l’indépendance de la Belgique que la famille d’UDEKEM d’ACOZ, avec l’appui du cercle local de recherches historiques, avait émis le souhait de perpétuer le nom d’Acoz suite à la fusion des communes. Ils ont donc fait ériger un monument très simple : une colonne en pierre de taille surmontée d’un lion en pierre blanche tenant entre ses griffes un écu barré du nom « ACOZ ». L’inauguration officielle a eu lieu le 25 octobre 1980 en présence des autorités communales, de groupements locaux, d’une dizaine de membres de la famille et bon nombre de villageois. » Les élèves de 6ème année s’appliquent à fabriquer, à l’échelle, le monument en papier bristol afin de l’offrir aux princes. Un reportage-photos du village consigné dans un album sera le deuxième cadeau. Et pendant que les élèves de 5ème et 6ème s’activent à la préparation de leurs textes, maquettes, album-photos, ceux des autres classes maternelles et primaires s’affairent à peindre une grande frise, à fabriquer des couronnes et à peindre des drapeaux aux couleurs « noir, jaune, rouge ». Le jour « J » approche ! L’impatience grandit ! Rendez-vous est donné à l’école pour partir en cortège au château. Déjà la foule s’amasse à l’entrée et le long des pelouses. Notre classe fait la haie devant le porche accompagnée d’une élève de maternelle qui offrira un bouquet de fleurs à la princesse MATHILDE. Il est 17 heures, les Princes pénètrent dans le parc du château sous les acclamations du public. C’est un grand moment d’émotion pour les enfants qui accueillent PHILIPPE et MATHILDE et les escortent jusqu’à la porte d’entrée, tandis que les plus jeunes agitent leurs petits drapeaux et que la fanfare locale entonne « Sambre et Meuse ». Les Princes s’arrêtent çà et là devant des petites mains tendues… On gravit les marches du perron et nous voilà dans le grand hall devant PHILIPPE et MATHILDE. Le coeur battant, les élèves (désignés par tirage au sort) commencent leur présentation : Olivier CAWET et Fauve VERSTOKEN expliquent le texte héraldique décrivant le blason, Sophie DECAMP se concentre sur la devise de la famille « bello et jure senesco », Audrey EVRARD explique pourquoi le blason est devenu celui de Villers-Poterie. Les deux cadeaux sont offerts : la maquette du monument et l’album-photos.Les Princes remercient les enfants et le Prince PHILIPPE leur dit : « Vous avez bien appris votre texte, je vous félicite ». Ils ne s’attardent pas au château et repartent acclamés par la foule encore présente.

C’est un jour magique que l’on n’est pas prêt d’oublier, une aventure et un souvenir hors du commun ! 

Anne-Marie HOTTAT-DEGUELLE – février 2018.

 

LETTRE ELEVES RECTO-VERSO WEB.jpg

LETTRE PRINCE PHILIPPE WEB.jpg

BLASON D'UDEKEM d'ACOZ 500 WEB.jpg

PHOTOS 5 1 web.jpg

MONUMENT D'UDEKEM WEB.jpgPHOTOS 6 1 WEB.jpg5-6 PRIMAIRES web.jpgACCUEIL 1 web.jpgACCUEIL 2 WEB.jpgPHOTOS 3 1 web.jpgACCUEIL FLEURS web.jpgACCUEIL FLEURS 2 WEB.jpgPHOTOS 3 2 web.jpgPHOTOS 4 1 web.jpg